Pirelli suggère deux arrêts en Autriche

Le dernier Grand Prix d’Autriche a été organisé en 2003 sur le A1 Ring

Le dernier Grand Prix d’Autriche a été organisé en 2003 sur le A1 Ring. Onze ans plus tard, après avoir subi quelques modifications, ce circuit devenu Red Bull Ring est de retour au calendrier de la Formule 1 et accueille la huitième manche du Championnat du Monde.

Pour la troisième course consécutive après Monaco et le Canada, Pirelli y apportera ses pneumatiques soft et supersoft.

"C’est toujours excitant de découvrir un nouveau circuit car tout le monde part sur un pied d’égalité. Celui qui parviendra à s’adapter au mieux aux conditions sortira donc du lot", analyse Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

Le Red Bull Ring promet cependant de révéler un caractère très différent à cause de son tracé constitué de deux longues lignes droites et, surtout, de virages très serrés. La vitesse moyenne y est plus mesurée, ce qui signifie que les monoplaces devront tirer le meilleur grip mécanique possible grâce aux pneumatiques plutôt que par les appuis aérodynamiques. Aucune équipe n’ayant cependant procédé au moindre test sur cette piste, le week-end s’annonce comme un saut vers l’inconnu pour l’ensemble des pilotes et des teams.

"Si l’on se réfère aux échantillons d’asphalte et à l’inspection effectuée sur place par nos ingénieurs, nous estimons que les deux mélanges les plus tendres de notre gamme représentent le meilleur compromis entre la performance et le grip disponible sur ce circuit où les monoplaces doivent rouler avec de gros appuis. Mais une inconnue demeure intéressante : la météo, traditionnellement imprévisible", poursuit Hembery, qui connait cependant bien ces situations pour avoir découvert nombre de circuits lors de ses premières saisons en F1.

"Comme sur toute nouvelle piste, le travail effectué durant les essais libres aura une importance particulière car les données enregistrées vendredi et samedi permettront de comprendre le fonctionnement des pneumatiques en fonction de la charge de carburant et des différents set-ups adoptés".

Les équipes pourront alors définir la meilleure stratégie de course possible.

"Les informations relevées lors de nos simulations suggèrent deux arrêts en course, mais cela dépendra des conditions météo et de l’évolution de la piste. Un paramètre que nous ne pourrons observer qu’à l’issue des essais libres".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités