Pirelli - Un seul arrêt à Montréal, sauf si la pluie s'en mêle

Alors que les conditions climatiques demeurent incertaines dans le ciel de Montréal, la stratégie à un seul arrêt sera la plus probable pour le Grand Prix du Canada s’il se déroule sur le sec.

Pirelli - Un seul arrêt à Montréal, sauf si la pluie s'en mêle
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Daniil Kvyat, Scuderia Toro Rosso STR11
Valtteri Bottas, Williams FW38
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09

Si Lewis Hamilton a signé sa quatrième pole position de la saison, celle-ci pourrait ne pas suffire à lui assurer la victoire. Non pas seulement parce que le Britannique n'a pas su concrétiser ses trois précédentes, mais aussi parce que Montréal est statistiquement une épreuve qui ne récompense pas un départ depuis le premier emplacement, avec 6 victoires depuis la pole lors des 14 derniers Grands Prix.

Au centre des débats depuis le début du week-end, les températures basses du Québec seront déterminantes, tout comme la météo. "La température de la piste est clairement un facteur clé du comportement pneumatique ici, mais nous ne saurons pas exactement comment cela se développera avant la course : des températures fraîches semblent être prévues, et il pourrait même y avoir de la pluie", explique Paul Hembery, directeur de la compétition de Pirelli.

"Avec une faible usure, un arrêt est le scénario le plus probable. Cependant, les équipes devront garder l’esprit ouvert sur la stratégie et réagir à des conditions changeantes telles qu’elles arriveront : une marque de fabrique traditionnelle de cette piste fantastique. Nous avons vu par le passé que la pole position n’est pas nécessairement la clé du succès ici, donc tout est grand ouvert."

Pirelli estime que la température de la piste déterminera la stratégie idéale. Il s’agira dans tous les cas d’un seul arrêt. Si la piste est froide comme attendu, un départ en supertendres avant de chausser des tendres au 26e tour devrait être la bonne stratégie. Mais si le départ se fait en ultratendres - ce qui sera le cas pour l’ensemble du top 10 - le changement pour des pneus tendres se fera au 25e passage.

partages
commentaires
La flexibilité des ailerons Red Bull et Ferrari est-elle pénalisable ?

Article précédent

La flexibilité des ailerons Red Bull et Ferrari est-elle pénalisable ?

Article suivant

Verstappen - Les gens oublient que je viens d'arriver chez Red Bull

Verstappen - Les gens oublient que je viens d'arriver chez Red Bull
Charger les commentaires