Le plafond budgétaire comme opposition majeure à Mercedes ?

Maintenir le niveau de succès des années récentes où il était virtuellement possible de dépenser sans compter alors que débute une nouvelle ère d'économies réglementaires : tel est l'un des défis que doit relever Mercedes en 2021.

L'armada Mercedes se lance à l'assaut d'une nouvelle double couronne mondiale avec pour mission de maintenir un cycle de succès ininterrompu depuis l'entrée en jeu des motorisations V6 turbo hybrides en Formule 1. Pour parvenir à une telle domination, l'investissement de la marque à l'étoile a été colossal et n'a cessé de remettre en question tous les aspects de la discipline, bien au-delà des moyens financiers mis sur la table.

Néanmoins, l'efficacité des processus internes du team sont toujours plus défiés, alors que plus que nombre d'autres équipes, Mercedes doit désormais apprendre à obtenir les mêmes spectaculaires résultats avec des formes d'organisation humaine et budgétaire réduites par la contrainte réglementaire mise en place par la F1, qui contrôle désormais le niveau de dépense réalisé par les plus grosses structures.

Lire aussi :

Si certains teams, comme Aston Martin (ex-Racing Point) ou AlphaTauri, ont montré au fil des années être capables de jouer un rôle prépondérant malgré des moyens limités par rapport aux top teams et savoir exploiter au mieux chaque dollar, Mercedes va devoir se confronter à une approche différente en apprenant progressivement à rester dominateur malgré une baisse progressive – et conséquente – des ressources autorisées. Sur cette question, Toto Wolff, qui mène le projet Mercedes, sait que le défi est réel. "Le plafonnement des coûts a changé tout le paysage de la Formule 1, car il a uniformisé les règles du jeu financier", commence-t-il. "Nous avons dû modifier la structure de notre équipe, la façon dont nous travaillons les uns avec les autres, rationaliser nos processus et devenir plus efficaces. Et nous sommes fondamentalement convaincus que plus nous sommes efficaces, plus les gains de performance se traduiront sur le circuit. Cela a donc eu un impact énorme, mais cela nous a aussi donné l'occasion de réévaluer notre organisation. C'est pourquoi nous avons créé Applied Science, notre branche d'ingénierie de haute technologie. Applied Science se développe à un rythme effréné, apportant le savoir-faire de la F1 à de nombreux clients différents, et cela va vraiment jouer un rôle important dans l'évolution de notre activité."

Lire aussi :

 

Pour le dire autrement, Mercedes n'a pas converti chaque économie potentielle en une économie factuelle dans son organisation et a tenu à maintenir son staff et son savoir-faire auparavant ordonnés sur l'activité F1 pour nourrir d'autres projets internes et en qualité de prestataire. Au-delà des réductions de dépenses possibles sur le programme F1, Mercedes sait que cette saison 2021 sera également fort influencée par le besoin de mener de front cette année sa quête de records et le programme de conception et développement de la monoplace 2022 selon une toute nouvelle réglementation sportive et technique, qui entre en vigueur l'année prochaine et peut faire vaciller son statut de colosse de la discipline.

"C'est un défi très difficile, très excitant – d'une part, nous voulons réaliser une saison solide cette année et nous devons investir les ressources appropriées pour y parvenir. D'autre part, les changements prévus pour 2022 sont si importants que nous devons développer toute la voiture à partir de zéro. Cela signifie que chaque jour de développement supplémentaire ajoutera des performances à la voiture. Du point de vue d'une équipe, il est donc très difficile de trouver le bon moment pour faire passer les membres du projet 2021 à la voiture 2022. Certaines équipes pourraient même être prêtes à sacrifier les performances de cette année pour pouvoir prendre une longueur d'avance sur la voiture de l'année prochaine. C'est un défi incroyablement difficile, mais nous sommes impatients de le relever", poursuit celui qui sait tout de même que son team pouvait capitaliser en fin de saison dernière sur un avantage de performance conséquent sur toute concurrence.

partages
commentaires
L'évolution récente des volants de Formule 1
Article précédent

L'évolution récente des volants de Formule 1

Article suivant

Pourquoi Alonso ne fait pas le shakedown de l'Alpine A521

Pourquoi Alonso ne fait pas le shakedown de l'Alpine A521
Charger les commentaires