Vers un passage aux pneus 18 pouces en F1

La future réglementation de la F1, attendue pour 2021, pourrait inclure le passage à des roues de 18 pouces.

Vers un passage aux pneus 18 pouces en F1
Des pneus Pirelli
Marco Tronchetti Provera, vice-président et directeur exécutif, Pirelli, avec Mario Isola, manager sportif Pirelli Motorsport
Des mécaniciens Red Bull nettoient des pneus Pirelli
Mario Isola, directeur de la compétition, Pirelli Motorsport
Un mécanicien Renault Sport F1 Team et des pneus Pirelli
Dr. Dieter Zetsche, PDG de Daimler AG et Tronchetti Provera, président de Pirelli
Mécanicien Force India F1 et pneus Pirelli
Hospitalité Pirelli
Des pneus Pirelli
Des drapeaux Pirelli
Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, devant Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09
Des ingénieurs Ferrari et Pirelli
Des pneus Pirelli
Pneus Pirelli
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14

Une source a confirmé à Motorsport.com qu'il était "plus probable qu'improbable" d'assister à une modification du diamètre des roues en Formule 1 à l'avenir. Interrogé sur le sujet, le directeur de course Charlie Whiting est également allé dans ce sens : "Je dirais que oui. Ça fait partie du package dont nous discutons".

Depuis plusieurs mois, le directeur sportif de la F1, Ross Brawn, a mis en place un groupe de travail et échange également avec les équipes pour définir la réglementation technique qui entrera en vigueur en 2021. Ce n'est pas la première fois que l'augmentation de la taille des roues est envisagée, puisque Pirelli plaide pour un tel changement depuis plusieurs années déjà. 

En 2014, le manufacturier unique avait même organisé une démonstration avec Lotus à Silverstone, où Charles Pic avait roulé à bord de la Lotus E22 avec des pneus de 18 pouces. Martin Brundle avait également réalisé quelques tours l'année suivante à Monaco, au volant d'une monoplace GP2 équipée de roues plus grandes. 

Comme en WEC et en Formule E

Pirelli a la conviction que l'utilisation de pneus taille basse – comme c'est le cas dans d'autres championnats comme le WEC ou la Formule E – apporte davantage de pertinence pour faire le lien avec la technologie des voitures de série. Contrairement aux actuels pneus de 13 pouces, le recours à un diamètre plus élevé aurait alors plus de sens sur le plan marketing.

À l'époque où il avait été envisagé, ce changement de taille avait finalement été recalé car il était susceptible d'entraîner des modifications majeures au niveau des suspensions, générant inévitablement des coûts de développement que beaucoup voulaient éviter. Néanmoins, l'opinion générale semble avoir tourné depuis. Certaines écuries estimeraient même possible d'intégrer des pneus 18 pouces dès 2020, ce qui ne devrait toutefois pas se faire, la logique étant de patienter une année de plus et l'arrivée de l'ensemble de la nouvelle réglementation.

"Nous sommes ouverts", assure pour sa part Marco Tronchetti Provera, PDG de Pirelli. "Ils doivent évidemment trouver le bon règlement, et il faut que les équipes soient prêtes à l'adopter. Il y a un certain nombre de questions autour de l'aérodynamique, de la suspension, etc. Quand les équipes seront prêtes, nous le serons. Pour nous, c'est toujours une histoire de technologie. Nous sommes satisfaits avec les 13 pouces, nous sommes satisfaits avec les 18 pouces. Les pneus sont plus visibles, et plus ils sont grands, mieux c'est. Mais les défis technologiques sont différents."

La problématique de l'appel d'offres

Il faut avoir en tête que l'actuel contrat qui lie Pirelli à la Formule 1 prendra fin à l'issue de la saison 2019. L'appel d'offres qui sera lancé pour la période suivante – généralement de trois ans – devra prendre en compte l'éventuelle apparition des pneus de 18 pouces. Si ce changement se confirmait pour 2021, il ajouterait une problématique pour un éventuel nouveau manufacturier, qui devrait concevoir des gommes 13 pouces pour 2020 puis de 18 pour la saison suivante. Pirelli aurait inévitablement une longueur d'avance en cas de participation à l'appel d'offres.

"Je pense que 2020 est trop tôt pour un si grand changement", prévient Mario Isola, directeur sportif de Pirelli F1, auprès de Motorsport.com. "Ca n'a pas beaucoup de sens d'envisager ça alors qu'il y aura d'autres modifications en 2021, c'est mieux de tout faire en même temps."

Pirelli aimerait quoi qu'il en soit pouvoir organiser un programme d'essais cohérent, qui nécessiterait inévitablement des monoplaces avec des suspensions modifiées, comme cela avait été fait il y a deux ans en vue de la réglementation 2017.

"Pour le moment, nous n'avons pas discuté de ça en détail", temère Isola. "Il ne nous manque pas que la réglementation des pneus, mais toute la réglementation. Nous avions dit que nous étions prêts à faire ce qu'ils demandent, avec les bons délais et des essais. C'est notre position [sur le sujet]. Nous devons avoir un vrai projet. Par le passé, nous avons fait différents pneus, des pneus plus larges, nous essayons toujours de suivre les exigences de la F1. Mais nous avons besoin d'une bonne voiture pour faire des essais. C'est une situation similaire à 2016 avec les pneus plus larges."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Wolff : Les frais d'accueil de la F1 ne sont pas "viables"
Article précédent

Wolff : Les frais d'accueil de la F1 ne sont pas "viables"

Article suivant

Rétroviseurs sur le Halo : la jurisprudence Ferrari freine Renault

Rétroviseurs sur le Halo : la jurisprudence Ferrari freine Renault
Charger les commentaires