Pneus plus larges, plus de chevaux : le point avec Pirelli

Le 9 juillet dernier, dans le paddock de Silverstone, tous les regards étaient rivés sur la Lotus E22 de Charles Pic, équipée de pneumatiques 18 pouces au lieu des 13 pouces habituels, pour les essais privés

Le 9 juillet dernier, dans le paddock de Silverstone, tous les regards étaient rivés sur la Lotus E22 de Charles Pic, équipée de pneumatiques 18 pouces au lieu des 13 pouces habituels, pour les essais privés.

Chaussé de pneus conçus par Pirelli principalement pour montrer leur aspect esthétique, Pic avait effectué quelques tours de piste sans réaliser de chronos particulièrement compétitifs. Le pilote français avait alors expliqué à ToileF1 qu'il ne pouvait pas attaquer à fond et que ces essais n'étaient pas représentatifs.

Depuis lors, de l'eau a coulé sous les ponts : les discussions au sujet des pneus 18 pouces se sont tassées sous le poids d'autres thématiques et polémiques, mais Paul Hembery reste convaincu que cette nouvelle gamme pourrait représenter une bonne idée.

"L'avenir et en discussions, on nous pose des questions à ce sujet", explique le directeur de la compétition Pirelli dans les colonnes de GPUpdate. "Ce sera probablement pour le prochain contrat, ce ne serait pas pour la saison prochaine. Des pneus plus larges, de dix-huit pouces... là où la Formule 1 voudra se diriger. Cela n'a pas été décidé. C'est un domaine où les gens semblent être sur la même longueur d'onde. Nous pourrions revenir aux pneus plus larges que nous avons vu par le passé, qui donnaient plus de grip mécanique. Et peut-être que s'ils enlevaient une partie de l'aéro, cela pourrait améliorer le spectacle".

"Toutes ces choses-là sont en cours", poursuit-il. "Nous ne les dirigeons pas vraiment : nous avons toujours eu un rôle de consultant. Mais nous avons toujours dit que nous ferions ce que la Formule 1 voudrait. Cependant, il faut nous prévenir à l'avance. Ce n'est pas quelque chose que nous pouvons faire du jour au lendemain".

Les caractéristiques des moteurs sont également abordées par Hembery, dont l'avis est tranché : selon lui, les F1 se doivent d'avoir autant de chevaux que possible, que ce soit en termes de spectacle ou d'un point de vue symbolique, comme il l'explique lorsque GPUpdate lui suggère l'association de pneus plus larges à des moteurs de 1000 chevaux.

"Je pense que ce serait fantastique. C'est un chiffre de gros titre. 1000 chevaux, cela a quelque chose de particulier. Nous travaillons actuellement sur la LaFerrari XX, qui s'approche de la barre des 1000 chevaux, et sur la McLaren P1. Cela paraît donc un peu étrange si nous n'avons pas quelque chose d'aussi impressionnant en Formule 1", conclut le Britannique.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Charles Pic
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités