Toujours absent du podium, Hülkenberg préfère en rire

partages
commentaires
Toujours absent du podium, Hülkenberg préfère en rire
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
2 janv. 2017 à 15:09

Malgré 115 départs en Formule 1 et 362 points marqués en six saisons complètes, Nico Hülkenberg n'a toujours pas décroché le moindre podium dans la catégorie reine.

Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 signe des autographes pour les fans
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1
Nico Hulkenberg, Sahara Force India F1 VJM09

Alors que l'étiquette de malchanceux pourrait lui coller à la peau, Nico Hülkenberg reconnaît qu'il préfère désormais en rire. Lors de sa première saison en F1 avec Williams, il avait signé une très belle pole position à Interlagos, dans des conditions météo humides. Néanmoins, l'essai ne s'est jamais transformé, et aussi bien chez Sauber que chez Force India, le podium s'est toujours refusé à lui malgré des opportunités réelles. Dans le même temps, celui avec qui il partageait le garage de l'écurie indienne ces trois dernières années, Sergio Pérez, a su saisir les occasions en montant à quatre reprises sur la boite. 

Entre problèmes de fiabilité et manque de réussite, les exemples ne manquent pas pour illustrer le cas Hülkenberg. Le dernier en date remonte au Grand Prix du Brésil, en novembre, lorsque l'Allemand était en lice pour le podium mais avait crevé après avoir heurté des débris provenant de la monoplace accidentée de Kimi Räikkönen.

Après un tel épisode, celui qui a remporté les 24 Heures du Mans en 2015 avec Porsche dès sa première participation - preuve qu'il n'est pas un chat noir ! - a préféré cesser de se lamenter sur son sort et en rire, en attendant de renverser la vapeur.

"Bien sûr, c'était décevant", confie Hülkenberg en revenant sur l'épisode brésilien. "Mais je suis fatigué d'être frustré à ce sujet, alors maintenant j'en rigole", confie Hülkenberg. "Je ne sais pas pourquoi. Il semble que le destin ne veuille pas que ça arrive. C'était un de ces jours où j'ai fait du très bon travail. La voiture était bonne, tout était là, mais malheureusement, des débris ont coupé le pneu, et on connaît la suite de l'histoire." 

Le futur pilote Renault l'assure, il ne croit pas à la malchance ni au fait que quelque chose d'irrationnel le prive systématiquement de ce premier podium en F1.

"Je ne crois pas en ces choses-là", prévient-il. "Je crois au travail acharné et aux bonnes décisions, le reste viendra ou non. Il y a toujours une raison, si l'on connaît un incident ou autre chose, il y a toujours une raison à ça. Certains auraient pu être évités, certains provenaient d'erreurs, car les erreurs arrivent, comme la malchance à Sao Paulo. Au final, c'est comme ça."

"C'est dommage, car j'aurais évidemment aimé décrocher un podium, pour moi comme pour l'équipe, mais ça n'est pas arrivé !"

Hülkenberg a-t-il le sentiment d'être pour autant un pilote malchanceux ? "C'était le cas cette année [en 2016], il y a eu certains cas où c'était juste de la malchance, je ne sais pas pourquoi. Mais ce n'est pas ce à quoi je pense et je ne pleure pas en disant que je suis malchanceux. C'est la vie, j'espère que ça tournera en ma faveur dans les années à venir."

Prochain article Formule 1
Livrée, technique... Quelles nouveautés chez Ferrari en 2017 ?

Previous article

Livrée, technique... Quelles nouveautés chez Ferrari en 2017 ?

Next article

Mercedes - Ocon et Wehrlein sont "extraordinaires"

Mercedes - Ocon et Wehrlein sont "extraordinaires"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Nico Hülkenberg
Équipes Force India
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités