Un podium au goût mitigé pour Carlos Sainz

S'il a égalé le meilleur résultat de sa carrière à Monaco, la joie n'est pas tellement au rendez-vous pour Carlos Sainz, car Ferrari pouvait espérer bien mieux.

Un podium au goût mitigé pour Carlos Sainz

Cette deuxième place de Carlos Sainz à Monaco, sur le papier, est extrêmement positive : cette performance égale le meilleur résultat de la carrière de Sainz ainsi que le meilleur de Ferrari depuis 2019. Cependant, la Scuderia avait des espoirs bien supérieurs pour ce Grand Prix en Principauté, puisque le local de l'étape Charles Leclerc était censé s'élancer de la pole position ; accidenté en qualifications néanmoins, le Monégasque n'a même pas pu prendre le départ, victime d'un problème mécanique.

Lire aussi :

Sainz a ainsi hérité de la troisième place à l'extinction des feux, avant de profiter de l'abandon de Valtteri Bottas au stand pour s'emparer de la deuxième position, relégué à neuf secondes du vainqueur Max Verstappen sous le drapeau à damier. "Je me suis bien battu, je voulais mettre la pression à Max, mais malheureusement j'avais du graining dans le pneu avant gauche, ce qui n'a pas permis de lui mettre suffisamment de pression", commente l'Espagnol sur F1 TV. "Ce n'est pas comme si c'était un mauvais pilote de toute façon, donc je ne pense pas que ça aurait changé grand-chose."

Il ajoute au micro de DAZN : "Aujourd'hui, nous ne pouvions pas faire mieux que ça. Je pense que nous avons eu un bon rythme tout le week-end, et il y a eu des moments de la course où j'ai pu le montrer, donc je suis content de la deuxième place. Après ce qui s'est passé hier, la deuxième place était le mieux que nous puissions faire. Max n'a commis aucune erreur et nous ne pouvions pas le doubler. En partant quatrième, finir deuxième à Monaco est une bonne situation."

Carlos Sainz Jr., Ferrari SF21, Lando Norris, McLaren MCL35M, Pierre Gasly, AlphaTauri AT02, Lewis Hamilton, Mercedes W12 et Esteban Ocon, Alpine A521

Il n'empêche que l'ombre de Charles Leclerc plane sur ce résultat, le poleman ayant connu cette bouleversante déconvenue. Sainz ne cache pas avoir "un sentiment mitigé pour l'équipe".

"Si vous m'aviez dit avant de venir à Monaco que j'allais finir deuxième, j'aurais vraiment signé", a-t-il déclaré à la fin de la course. "C'est juste toutes les circonstances du week-end, avec Charles en pole et moi qui passe à côté d'un bon tour en qualifs. [Ce podium] n'a peut-être pas aussi bon goût qu'il devrait, c'est tout."

"Quand on voit l'autre voiture qui ne part pas en pole, tout d'un coup on a la responsabilité de sauver le week-end, on sait que la voiture en pole est éliminée et on veut donner à l'équipe au moins un podium. Et je trouve que l'écurie méritait au moins ça ce week-end."

Tout bien considéré, Sainz voit finalement le verre à moitié plein. "Je suis sûr qu'en repensant à ce week-end, je serai très content et fier. Je pense que Ferrari, en tant qu'équipe, doit être fier de la voiture et du pas en avant réalisé cette année." Il conclut : "C'est un jour où il faut être heureux, un week-end pour prouver que la prochaine fois qu'une opportunité de gagner se présentera, je la saisirai."

En attendant, le pilote Ferrari se hisse à la septième place du championnat avec 38 points au compteur, à deux longueurs de Leclerc.

Lire aussi :

partages
commentaires
Face à un Hamilton désabusé, Wolff justifie sa stratégie
Article précédent

Face à un Hamilton désabusé, Wolff justifie sa stratégie

Article suivant

Hamilton : "On ne peut pas se permettre un autre week-end comme ça"

Hamilton : "On ne peut pas se permettre un autre week-end comme ça"
Charger les commentaires