Pour Ecclestone, la F1 n'est pas en crise

Avec la faillite de l'écurie Marussia, au bord de laquelle se trouve également Caterham, les difficultés rencontrées par les plus petites équipes de Formule 1 font désormais partie de la partie émergée de l'iceberg

Avec la faillite de l'écurie Marussia, au bord de laquelle se trouve également Caterham, les difficultés rencontrées par les plus petites équipes de Formule 1 font désormais partie de la partie émergée de l'iceberg.

Sauber, Force India et Lotus sont également en difficulté et le championnat de Formule 1 pourrait devoir faire appel à des équipes de trois voitures pour compenser la disparition de plusieurs équipes. Pourtant, selon Bernie Ecclestone, la Formule 1 n'est en aucun cas en crise.

"On dit que la F1 est en crise. Quelles inepties ! Deux équipes sont en crises", rectifie le grand argentier de la Formule 1 pour la BBC. "Les équipes vont et viennent ; les directeurs d'équipes doivent savoir combien d'argent l'équipe gagne et combien d'argent l'équipe dépense. Marussia et Caterham n'ont pas très bien calculé ça : ils ont dépensé plus qu'ils n'avaient".

Ecclestone a expliqué que les deux équipes pouvaient continuer à faire partie du championnat du monde uniquement si elles couraient à Abu Dhabi. Or, Marussia a définitivement fermé ses portes et Caterham dépend d'une campagne de crowdfunding ambitieuse. Un peu trop ambitieuse, selon le Britannique : "Je ne vois pas comment ils pourraient revenir".

La répartition des revenus entre les équipes est vivement critiquée en ces temps difficiles, mais Ecclestone rappelle qu'elle a toujours été similaire. "À part que l'on paye trois ou quatre équipes [Ferrari, Red Bull, Mercedes et McLaren] ce que l'on pourrait appeler un énorme bonus en échange de la garantie qu'elles seront là jusqu'en 2020. C'était ouvert à quiconque pût le garantir, mais les autres ne le pouvaient pas".

Cependant, Ecclestone espère la survie des équipes du milieu de tableau. "Peut-être que les quatre plus grandes équipes pourraient faire une contribution pour cette année uniquement", suggère-t-il. Cela ne serait pas une solution sur le long-terme, mais permettrait à Lotus, Force India et Sauber de sortir la tête hors de l'eau.

En revanche, rien n'est possible pour Marussia et Caterham car Ecclestone et la FOM ne sont "pas autorisés à soutenir une équipe de quelque façon que ce soit" ; des propos qui entrent en contradiction avec la prime accordée à Ferrari depuis des décennies en vertu du statut subjectif d'équipe historique.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Équipes McLaren , Mercedes , Sauber , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités