Pourquoi Bottas n'arrivait pas à dépasser à Sotchi

Avant l'averse de fin de course, Valtteri Bottas était coincé dans le ventre mou du peloton. D'après Mercedes, c'est lié à une raison simple.

Pourquoi Bottas n'arrivait pas à dépasser à Sotchi

Le circuit de Sotchi a beau être celui où Valtteri Bottas a eu le plus de succès dans sa carrière, avec deux victoires en huit participations, l'édition 2021 du Grand Prix de Russie ne lui a pas été favorable. Qualifié septième après que Mercedes et Lewis Hamilton ont mal géré la piste séchante en fin de Q3, ce qui a eu un impact sur lui, Bottas a de surcroît été rétrogradé à la seizième position sur la grille de départ pour changement de moteur.

Contrairement à Max Verstappen et à Charles Leclerc, qui s'élançaient derrière lui, Bottas s'est avéré incapable de remonter : il n'a réalisé que deux dépassements pendant toute la course, sur Nikita Mazepin et Antonio Giovinazzi, et était seulement 14e lorsqu'il a été l'un des deux premiers pilotes à chausser les pneus intermédiaires au moment de l'averse, ce qui lui a permis de remonter au cinquième rang.

"C'était bien plus difficile pour moi que je ne m'y attendais, ne serait-ce que de remonter le peloton. Je pensais que ça allait être comme à Monza, mais ça a été bien plus difficile", déplore le Finlandais, qui était 19e au départ et troisième à l'arrivée en Italie. "Max, par exemple, a été capable de gagner bien plus de terrain que moi. Je ne sais pas. Je souffrais principalement d'un grand sous-virage, quand je me rapprochais : je ne pouvais pas me rapprocher suffisamment pour dépasser."

Bottas aurait-il pu en faire davantage pour résister à Verstappen ? "Il était juste capable de vraiment remonter le peloton", répond l'intéressé. "Il faut que je regarde si j'aurais pu faire davantage, mais je pense qu'il m'a doublé très facilement. Puis il a dépassé les voitures devant moi, et je n'avais aucune chance."

Manifestement, ce sont les températures basses, avec environ 18°C dans l'air au moment de la course et évidemment l'absence de soleil pour réchauffer la piste, qui a posé problème à la Mercedes W12.

"C'est principalement qu'avec les conditions plus fraîches, les pneus avant souffraient", explique Andrew Shovlin, directeur de l'ingénierie piste chez Mercedes. "Nous avions un peu de sous-virage. Tandis que vendredi c'est vraiment le train arrière qui souffrait le plus, là c'était l'avant. Et quand on ne peut pas suivre dans ces quatre derniers virages, on ne peut pas se rapprocher suffisamment pour dépasser, mais c'était vraiment dû à l'équilibre de la voiture. Je pense que les conditions plus fraîches rendent ça plus difficile et non plus facile."

Le directeur d'équipe Toto Wolff rejette lui-même la responsabilité de cette performance décevante sur son écurie. "Je pense que nous devons fournir à Valtteri une voiture et une unité de puissance qui lui permettent de dépasser", affirme l'Autrichien. "On a vu qu'il en avait la capacité, car Monza a été spectaculaire."

"C'est juste qu'ici, pour quelque raison que ce soit, on a vu avec Lewis au début que notre voiture souffrait de sous-virage. Si on souffre de sous-virage, on ne se rapproche pas assez. Lewis n'a pas pu dépasser les gars devant lui, et la même chose est arrivée à Valtteri. Je pense donc qu'il nous faut juste vraiment comprendre pourquoi la voiture manquait de compétitivité dans le trafic et paraissait bonne dans l'air libre."

Propos recueillis par Adam Cooper

Lire aussi :

partages
commentaires
Toutes les victoires de Lewis Hamilton en F1

Article précédent

Toutes les victoires de Lewis Hamilton en F1

Article suivant

La F1 en "discussion" pour un retour en Afrique

La F1 en "discussion" pour un retour en Afrique
Charger les commentaires