Pourquoi la stratégie de pneus demeure très ouverte à Mexico

partages
Pourquoi la stratégie de pneus demeure très ouverte à Mexico
Adam Cooper
Par : Adam Cooper
Traduit par: Jean-Philippe Vennin
29 oct. 2016 à 14:13

Pirelli admet que la stratégie pour les qualifications et la course reste très ouverte à Mexico, après un premier jour de roulage compliqué sur l'Autódromo Hermanos Rodriguez.

Jenson Button, McLaren F1
Fernando Alonso, McLaren MP4-31
Felipe Massa, Williams FW38
Jolyon Palmer, Renault Sport F1 Team
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Des techniciens Pirelli avec les pneus de Renault Sport F1 Team
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM09 bloque une roue au freinage
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid

Les températures fraîches du vendredi ajoutées à une piste poussiéreuse et “verte” ont rendu les EL1 particulièrement difficiles pour les équipes, et Pirelli a été surpris par le manque d'évolution du revêtement au cours des 12 derniers mois. Et si le manufacturier pense que ce sera moins un avantage, pour les équipes, d'essayer de sortir de Q2 et de prendre le départ en pneus tendres que ça ne l'avait été à Austin, une possibilité demeure que Mercedes voire Ferrari et Red Bull puissent avoir la confiance pour le faire.

Prendre le départ en tendres pourrait déboucher sur une stratégie à un arrêt, avec un passage aux mediums pour un long second relais.

Avec les basses températures, nous avons rencontré un peu de graining dans la matinée [hier]”, dit le chef technique de Pirelli, Mario Isola. “Nous nous y attendions, surtout avec les supertendres. C'était mieux dans l'après-midi, mais les températures étaient aussi plus élevées. Il n'y a pas d'évolution de l'asphalte. C'est étrange, car d'habitude, quand on a eu piste complètement nouvelle comme l'était celle de Mexico l'année dernière, après un an, on voit l'asphalte vieillir beaucoup.”

Nous avons mesuré l'asphalte ici, et il est très similaire à l'an dernier, donc très glissant, avec beaucoup de bitume. C'est pourquoi ils [les équipes et les pilotes] ont trouvé un circuit très glissant le matin [vendredi], et, qu'utilisant les supertendres en conditions fraîches et glissantes, ils avaient beaucoup de graining à l'avant. Ce à quoi je m'attends est que nous ayons une grosse évolution de la piste, et bien sûr les supertendres pourraient fonctionner mieux. Tel est probablement le secret pour la course.”

Les supertendres ont démontré être particulièrement difficiles vendredi : “Si nous considérons que le niveau de dégradation en EL2 sur les supertendres était assez élevé, c'était principalement dû au graining. Si, durant la course, ils sont en mesure de gérer le graining et le réduire, le supertendre devient aussi un bon pneu pour la course.”

Cela signifie que la situation est différente par rapport à Austin, où le supertendre était un choix très agressif et certaines équipes ont essayé de se qualifier avec le tendre afin d'avoir le maximum de liberté en termes de stratégie pour la course.”

L'écart au chronomètre entre le medium et le tendre est de 1”1, inférieur à ce qu'attendait Pirelli.

Le medium avait une dégradation très basse aujourd'hui [vendredi]”, poursuit Isola. “Quelqu'un a aussi été en mesure d'avoir une dégradation négative, donc en étant de plus en plus légère, la voiture était de plus en plus rapide. Pour la course, le medium devient un très bon choix.”

Isola pense que les top teams resteront probablement sur le supertendre pour Q2, mais seulement s'il fonctionne d'une façon qui les satisfait.

S'ils découvrent comment gérer le supertendre, réduire le graining, dans ce cas il n'y a pas le même gros avantage que celui vu à Austin”, dit-il. “Mais si, pour quelque raison que ce soit, le graining continue durant le week-end ou ils continuent à avoir une dégradation élevée sur le supertendre, dans ce cas nous aurons une situation plus similaire à celle d'Austin où se qualifier en tendres pouvait procurer un avantage.”

Si les équipes n'ont pas confiance dans le supertendre comme pneu de course, elles pourraient faire ce que les pilotes Mercedes et Max Verstappen ont fait à Austin et opter pour les tendres. “Ce qui est clair, c'est que ceux qui se qualifieront en tendres auront la liberté maximale en termes de stratégie.”

Ceux qui se qualifieront en supertendres seront alors obligés de suivre, en fonction du résultat des supertendres, une stratégie qui pourrait être de faire un autre relais en mediums ou tendres. C'est très difficile à prédire ici. Je n'ai pas d'idée claire là-dessus.”

Un autre souci pour les qualifications est que quelques voitures pourraient avoir besoin de deux tours pour chauffer leurs pneus avant de faire un tour rapide, et que si tel est le cas en Q2, cela fera parcourir plus de kilomètres aux pneus montés pour le départ.

La montée en température sur les pneus avant est un peu marginale au premier tour, donc il leur en faut un autre. Et c'est encore pire avec les tendres, qui ont aussi un niveau de fonctionnement élevée”, conclut Isola.

Prochain article Formule 1
Haas va tester un nouveau fournisseur de freins au Brésil

Previous article

Haas va tester un nouveau fournisseur de freins au Brésil

Next article

Gutiérrez déplore un conduit de frein qui "détruit l'appui du fond plat"

Gutiérrez déplore un conduit de frein qui "détruit l'appui du fond plat"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Lieu Autodromo Hermanos Rodriguez
Auteur Adam Cooper
Type d'article Analyse