Pourquoi Mercedes a refusé de motoriser Red Bull

Directeur de Mercedes Motorsport, Toto Wolff et son conseil d’administration n’ont pas voulu fournir de moteurs à l’écurie Red Bull Racing pour la saison prochaine et les suivantes.

Wolff explique ici cette décision qui est venue contrarier Helmut Marko et Christian Horner, en quête d'un successeur au bloc Renault. 

“Le conseil d’administration a conclu qu’à titre de motoriste et à titre d’écurie officielle, nous avons beaucoup travaillé pour atteindre le succès que nous connaissons actuellement”, a déclaré Wolff sur le site officiel de la Formule 1. 

“Il y a de cela deux semaines, nous avons décidé de ne pas fournir de moteurs à Red Bull. Nous désirons continuer à fournir des moteurs à des écuries privées et indépendantes. Nous allons respecter les relations que nous avons déjà avec ces petites équipes, tout en mettant l'accent sur l’écurie officielle Mercedes AMG”.

Je n’ai jamais caché mon opinion [à ce sujet]. Je suis responsable du programme sportif de Mercedes et de ses 1200 employés. Je suis aussi responsable de l’image de Mercedes projetée en F1. Je dois aussi m’assurer que nos partenaires projettent aussi une bonne image. Ce n’est pas une décision individuelle. Les décisions sont prises lors de réunions, après analyse du pour et du contre et de façon objective.”

Trop d’importance placée sur le moteur ?

L’Autrichien ne croit-il pas que l’unité de puissance turbo hybride joue un rôle trop important dans la performance des voitures de F1?

Ce sport porte le nom de course automobile ; le moteur joue donc un grand rôle”, poursuit Wolff. “Plusieurs personnes, même M. Ferrari, ont affirmé et affirment encore que la F1 est une affaire de moteurs. Il y a peu de temps de cela, c’était une formule aérodynamique. Nous sommes revenus à une formule qui met l’accent sur la performance du moteur. Mais aujourd’hui, ces deux facteurs sont importants. Il vous faut avoir un moteur puissant et fiable, ainsi qu’une voiture qui génère suffisamment d’appui aérodynamique. Un est le complément de l’autre.

Le moteur expérimental

Wolff se défend aussi d’avoir privilégié l’écurie d’usine Mercedes AMG lors du Grand Prix d’Italie, où c’est elle, et elle seulement, qui a disposé du V6 de développement.

Notre règle est d’offrir la même spécification du moteur à toutes nos écuries. Il peut survenir des situations spéciales, comme celle de Monza. Nous devions valider des solutions techniques en piste. Dans ce cas, la fourniture de pièces en grand nombre était problématique."

“Vous avez bien vu ce qui est arrivé sur la voiture de Nico [Rosberg]. Je suis convaincu qu’une écurie cliente aurait été en furie si elle avait perdu une voiture à cause du bris d’un moteur expérimental!”, tient-il à préciser.

Pour terminer, Toto Wolff a confirmé que la nouvelle écurie américaine Haas s’était informée de la fourniture de moteurs auprès de Mercedes. Wolff sait fort bien que le marché automobile américain est très important pour Mercedes…

Nous avons refusé ce partenariat. Nous voulons concentrer tous nos efforts sur notre équipe officielle. Toute distraction nous éloignerait de notre but qui est de gagner des courses et des championnats. Haas est un partenaire de Ferrari, et jamais nous ne voudrions interférer dans cette relation qui n’a même pas encore commencé en piste.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags f1, mercedes, toto wolff, v6