Pourquoi Mercedes ne pouvait pas copier la stratégie de Red Bull

Toto Wolff, directeur de Mercedes F1, a dévoilé les raisons ayant empêché son équipe de calquer la stratégie de Lewis Hamilton sur celle de Max Verstappen, beaucoup plus agressive.

Pourquoi Mercedes ne pouvait pas copier la stratégie de Red Bull

La victoire au Grand Prix des États-Unis s'est jouée dans les stands, et Red Bull a parfaitement tiré son épingle du jeu. L'écurie au taureau rouge a opté pour deux undercuts afin de permettre à Max Verstappen de récupérer la tête de la course puis de la conserver avant le sprint final. À l'inverse, l'approche plus conservatrice de Mercedes n'a pas payé puisque les relais rallongés de Lewis Hamilton ne lui ont pas procuré un réel avantage.

Le Britannique s'est en effet arrêté trois tours plus tard que Verstappen lors de son premier arrêt, et huit tours après son rival à la fin du deuxième relais. Mais, selon Toto Wolff, il était impossible pour la marque à l'étoile de calquer sa stratégie sur celle de Red Bull compte tenu de la dégradation rapide des pneumatiques Pirelli.

"[Red Bull] a opté pour l'undercut par nécessité, c'était très courageux de leur part car c'était très tôt [dans la course]", a indiqué le directeur exécutif de Mercedes. "Ils l'ont fait une seconde fois, encore à leur avantage. Avec le pilotage de Max, en particulier dans le dernier relais, on pouvait voir qu'il avait appris pendant le deuxième relais à ne pas taper dans ses pneus trop tôt parce qu'il lui restait quelque chose à la fin. À l'inverse, nous étions au pied du mur parce que la voiture n'était pas assez rapide lors du premier relais sur le medium."

"Nous n'aurions pas pu nous arrêter plus tôt car, en se basant sur les données du medium, nous n'aurions pas pu finir la course [sans un arrêt supplémentaire]. Lewis a superbement bien piloté. Il est resté calme même lorsqu'il avait 6,5 secondes de retard sur Max [au premier arrêt] puis 8,5 secondes [au deuxième]. Il a augmenté son rythme et, à un moment, la différence était massive. Tout a été brillamment exécuté mais nous n'étions pas suffisamment proches. Lorsque vous suivez une voiture, vous commencez à souffrir. Peut-être qu'il nous manquait deux tours. Mais c'est comme ça, nous devons féliciter Red Bull pour leurs arrêts."

Même si Hamilton a affirmé qu'il n'était pas possible de prétendre à la victoire ce dimanche à Austin, Wolff a quant à lui entretenu le doute en s'appuyant sur le départ canon de son pilote et sur son rythme en fin de parcours avec les pneus durs, là où Verstappen était en difficulté.

"Je pense que nous aurions pu remporter la course parce que nous étions en tête et parce que notre rythme avec le dur était très bon", a-t-il lancé. "D'une certaine façon, nous devons revoir le week-end du vendredi au dimanche, où nous nous sommes trompés, où nous avons fait les choses correctement. Il y aura beaucoup de discussions, des discussions positives sur les leçons à tirer de ce week-end."

Lire aussi :

partages
commentaires
La FIA discutera avec les pilotes du cas Alonso/Räikkönen
Article précédent

La FIA discutera avec les pilotes du cas Alonso/Räikkönen

Article suivant

Ricciardo plaide le contact involontaire face à Sainz

Ricciardo plaide le contact involontaire face à Sainz
Charger les commentaires