Pourquoi nous avons manqué de nez sur celui de Lotus

Pour une fois, nous n’allons pas commencer par une analyse technique, mais par des excuses

Pour une fois, nous n’allons pas commencer par une analyse technique, mais par des excuses.

ToileF1 et ses contributeurs impliqués tiennent à vous présenter leurs excuses, à vous, lecteurs. En effet, lors de la présentation de l'infographie de la E22 par l'équipe de communication de Lotus (en pleine présentation de la McLaren MP4-29), nous avons soulevé la question de la possibilité d’un énorme fake, du fait de la présence d’un nez asymétrique permettant de façon imagée de trouver refuge contre celui de la MP4-29 ! L'infographie de piètre qualité de l'époque (ci-dessous), nous avait alors laissé l’impression d’une présence de bulbes que dessinaient les deux cornes de ce museau.

Le manque de jugement - et possiblement la précipitation-, nous ont conduit à une interprétation erronée du concept de l'écurie d'Enstone, même s’il n’a jamais été question chez nous d’avancer le fait qu’il puisse s’agit d’une solution illégale. Notre surprise, suite à notre publication, fut de constater une levée de boucliers en interne concernant la légalité d'un concept dont nous avions uniquement secoué l'efficacité et la présence à Bahreïn, puis Melbourne.

Nous ne pouvions nous résoudre à croire qu'il s'agissait du véritable concept que l'écurie aux mains de Gerard Lopez allait arborer toute la saison.



Même si nous savions que le crash-test avait été réalisé avec ce museau (comme d'autres concepts), le fait de rompre une règle d'or entre constructeurs (consistant à laisser le temps à chaque équipe de dévoiler sa monoplace sans présenter la sienne simultanément) a vraiment terni notre jugement et nous a précipité dans la hâte de décrier le concept. Nous parlons d’une équipe qui s’est faite reine dans l’art de ‘voler’ le buzz en de nombreuses occasions (souvenez-vous des lapins copulateurs de l’annonce de l’arrivée de Räikkönen chez Ferrari), et qui s’est d’ailleurs récemment fait resserrer les bretelles en tentant d’exploiter l’effet Jeux Olympiques de Sotchi avec une photographie liée à la cause homosexuelle. Le tout, dans un contexte de départ d'Eric Boullier vers l'équipe McLaren. La communication du buzz reposant sur les réseaux sociaux plus que par les voies traditionnelles de la presse n'est pas un virage que nous apprécions, autant vous le dire.

Il manquait, par ailleurs, sur l'infographie émise il y a un peu plus d'un mois, des éléments précieux pour que nous puissions croire à un tel concept, qui fait bien partie d’une philosophie globale comme le prouve aujourd'hui Bahreïn. Les déflecteurs de guidage de flux d'air sous le museau (l'aileron était collé au nez), pour ne nommer que cela. La logique de notre article était claire et le demeure encore aujourd'hui : il faut canaliser l'air aux endroits voulus une fois que le museau "avale" l'air. Là, ce n'était tout simplement pas le cas.

Sans chercher du tout à vouloir rejeter la faute sur les autres pour une analyse tronquée, voire douteuse, nous préférons simplement vous présenter nos excuses. Comme vous le savez, nous n’avons jamais été opposés au concept de double museau : nous sommes même les premiers, dans une analyse antérieure datant de décembre, à avoir levé le lièvre sur la plus que probable présence d’un tel concept en 2014. Avec les mêmes ressources que celles qui nous ont poussé à prendre parti contre l'asymétrie, ou à comprendre lors de la présentation Force India la réelle forme de l'avant de la monoplace. Déjà, les doutes de nombreux lecteurs et les commentaires hostiles avaient nourri notre boite aux lettres en raison de la piètre qualité de nos dessins, et cela est compréhensible lorsque l’on va à contre-courant. Ironiquement, c'est en raison d'un dessin de mauvaise qualité que nous sommes également partis dans la mauvaise direction concernant Lotus.

Nous avons un profond respect pour vous, lecteurs, et veuillez croire que dorénavant, le recul nécessaire sera de rigueur avant toute intervention de notre part sur des concepts techniques. Reste qu’en cette période de présentations et de nouveautés révolutionnaires en F1, il nous est possible de faire des erreurs. C’est particulièrement vrai lorsque l'on procède à des investigations maison, car vous le savez, nous ne nous satisfaisons pas uniquement de la reprise pure et l'appropriation d’analyses existantes chez d’autres spécialistes.



Ainsi, après avoir mesuré l'impact (pas si négatif) de notre publication, nous pensons que nous avons par ce fait participé au buzz de Lotus -sans le vouloir, bien au contraire!- puisque comme vous le savez, les méthodes récentes de communication nous ont parfois contrarié. Nous avons conduit beaucoup de personnes à douter de la véracité de ce concept, et, au final, servi la cause de l'équipe de communication (avec qui nous entretenons par ailleurs des relations amicales), dont le but, rappelons-le, est de disposer d'une présence massive sur les réseaux sociaux et le web. Provocateurs, nous avions même lancé un petit pari à l’équipe de com' suite à notre publication initiale, et notre pari est perdu : nous nous plaçons entre les mains de nos bourreaux et sommes prêts à venir passer la serpillière à Enstone comme suggéré! A bon entendeur... Après tous ces mots qui méritaient d'être écrits, nous jugeons maintenant prioritaire de revenir sur l'analyse de ce nous avons pu découvrir de la Lotus E22 lors de ses premiers tours de roues à Bahreïn. C’est reparti pour un tour sans plus attendre!
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Gerard Lopez
Équipes McLaren , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités