Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse

Pourquoi Pirelli veut un pneu "super-intermédiaire"

Le week-end du Grand Prix de Belgique a mis l'accent sur les problèmes par temps de pluie auxquels fait face la Formule 1, quelques semaines seulement après des essais décevants à Silverstone pour les prototypes de "garde-boue" de la FIA.

Un pneu pluie Pirelli

Photo de: Erik Junius

Le départ du sprint du Grand Prix de Belgique a été retardé par la pluie, et lorsqu'il a finalement été donné, les pilotes ont dû s'élancer en pneus pluie en suivant le Safety Car, comme l'exige le règlement, avant que le peloton ne soit libéré. Une fois chose faite, la moitié des voitures sont immédiatement passées aux intermédiaires, l'autre moitié ayant fait de même au passage suivant. Seuls les doubles arrêts pour une équipe et une voie des stands congestionnée ont empêché tous les pilotes de rentrer au même moment.

Ces derniers n'ont pas manqué de pointer du doigt le pneu pluie, George Russell, directeur de l'association des pilotes, ayant affirmé qu'il ne "[servait] à rien". En outre, Spa a démontré une fois de plus que dans des conditions rendant nécessaire l'utilisation du pneu pluie, le manque de visibilité ne permettait pas d'agiter le drapeau vert.

Cela a incité Pirelli à faire part d'une idée à laquelle le manufacturier réfléchit depuis un certain temps, à savoir l'abandon du pneu pluie au profit d'un seul composé "super-intermédiaire", qui fonctionnerait par tous types de conditions pluvieuses et qui permettrait aux pilotes de passer d'un Safety Car à une relance de course avec le même composé.

Depuis son retour en F1 en qualité de fournisseur unique, Pirelli a dû déployer d'énormes efforts dans le développement de ses pneus pluie et intermédiaires. L'une des récentes évolutions les plus utiles a été la suppression des couvertures chauffantes pour les pneus pluie, qui sera également appliquée aux pneus intermédiaires en 2024.

Plusieurs tours derrière le Safety Car ont été effectués avant le départ du sprint à Spa.

Plusieurs tours derrière le Safety Car ont été effectués avant le départ du sprint à Spa.

"Je pense que nous devons d'abord séparer deux problèmes", a expliqué Mario Isola, directeur de Pirelli F1. "Le premier est la performance sur le mouillé, l'autre est la visibilité. En ce qui concerne la performance, je peux vous dire que lorsque nous développions les pneus [sans couverture], nous avons trouvé des résultats en termes de performance qui étaient bien meilleurs que ceux de l'ancien pneu pluie. Ce n'est peut-être pas suffisant mais nous avons fait des progrès."

"À Fiorano et au Paul-Ricard, nous avons constaté [qu'ils étaient] cinq ou six secondes plus rapides que les anciens pneus pluie, dans des conditions froides, parce que la question principale était de comprendre si, sans couvertures, ils avaient du mal à monter en température. Le fait est que cette performance n'est peut-être pas encore suffisante pour générer le bon point de croisement avec l'intermédiaire."

Le problème auquel Pirelli est toujours confronté dans le cadre du développement des pneus pluie et intermédiaires est que la manufacturier s'appuie sur des tests effectués sur des circuits artificiellement détrempés. Ainsi, les fortes pluies s'étant abattues sur Spa pendant les essais pneumatiques, qui étaient censés se dérouler sur le sec, ont en fait été très utiles afin de récolter des données et de tester des pneus expérimentaux.

"L'un des problèmes que nous rencontrons est que nous ne pouvons tester les pneus pluie qu'au Paul-Ricard et à Fiorano, deux circuits aux caractéristiques complètement différentes de celles de Spa, Silverstone ou d'autres", a ajouté Isola. "Parce que nous avons eu l'occasion de comparer les pneus intermédiaires avec les pneus pluie, nous avons découvert [après le sprint du GP de Belgique] que nous devions améliorer les performances des pneus pluie."

"D'après les données récoltées par le passé, le point de croisement était d'environ 115, 116% [du temps de référence], ce qui est le bon chiffre pour prendre en considération le changement entre l'intermédiaire et le pluie. Cela signifie qu'avec les données récoltées, nous devons travailler sur la performance des pneus pluie afin d'obtenir le bon point de croisement avec les intermédiaires. C'est le premier point."

La FIA a commencé à tester des

La FIA a commencé à tester des "garde-boue" sur les F1.

"Le deuxième point est [de savoir s'il s'agit] de pneus de Safety Car. Nous avons discuté à plusieurs reprises de la visibilité. La visibilité est un problème. Et il est clair que la FIA et les équipes travaillent ensemble sur des dispositifs qui peuvent améliorer la visibilité afin de réduire les projections qui proviennent non seulement des pneus mais aussi du diffuseur. Pour l'instant, nous n'avons rien trouvé qui réduise autant la visibilité."

Étant donné que le problème du manque de visibilité n'est pas près d'être résolu, l'idée d'un pneu sculpté unique commence à prendre tout son sens.

"Si, à l'avenir, l'idée est de rester dans la situation actuelle, c'est-à-dire un drapeau rouge ou un Safety Car s'il y a beaucoup d'eau sur la piste et que l'on ne peut pas courir à cause de la visibilité, alors, à mon avis, la meilleure solution est probablement de développer un pneu intermédiaire, appelons-le super-intermédiaire ou intermédiaire-plus, ou n'importe quel nom que vous voulez utiliser, c'est-à-dire un pneu intermédiaire qui est plus adapté aux conditions humides."

"Ainsi, nous pouvons couvrir avec un seul produit la limite de ce qui est acceptable pour la visibilité, jusqu'au point de croisement avec des conditions sèches. Si l'idée est de continuer à chercher un dispositif capable de réduire les projections, et donc de donner la possibilité de rouler en conditions totalement humides, nous devons conserver les deux produits, et rester avec l'intermédiaire que nous avons maintenant et le nouvel intermédiaire qui fonctionne sans couvertures, et améliorer le pneu pluie. Mais si le pneu pluie n'est utilisé que derrière le Safety Car, je suis d'accord avec les pilotes pour dire que pour l'instant, c'est un pneu inutile. Nous devons décider de la direction que nous voulons prendre à l'avenir pour développer le produit nécessaire à la F1."

La pluie a perturbé le Grand Prix de Belgique.

La pluie a perturbé le Grand Prix de Belgique.

Confirmant que l'idée d'un pneu "super-intermédiaire" a déjà été discutée par le passé, Isola a appelé la FIA, la F1, les équipes et les pilotes à "décider de ce que [le championnat] souhaite" pour l'avenir.

"Nous ne pouvons pas tout couvrir car nos possibilités de tests sont très limitées", a-t-il déclaré. "Et si nous perdons du temps à tester différentes choses sans direction claire, le seul risque est de n'atteindre aucun objectif. Nous devons donc décider de la direction à prendre. Voulons-nous développer une bande de roulement différente capable de fonctionner dans plus de conditions ? D'accord, concentrons-nous sur ce point et faisons ça. Mais il est évident que nous ne travaillerons pas à l'amélioration de la bande de roulement actuelle du pneu pluie."

Si l'idée d'un pneu sculpté unique est approuvée, Pirelli aura un travail de développement important devant lui. Le timing rend impossible son déploiement pour le début de la saison 2024 mais il pourrait être introduit en cours d'année si toutes les parties sont d'accord et que les règles sont modifiées pour le permettre, ce qui s'est produit avec la suppression des couvertures pour les pneus pluie cette saison.

Cependant, il y aura forcément une certaine réticence aux changements en cours de saison, d'autant plus que l'utilisation d'un pneu unique aura une incidence importante sur le règlement. Si l'échéance de 2024 n'est pas respectée, le projet sera repoussé à 2025, et on ne sait toujours pas si le contrat de fourniture de pneus sera attribué à Pirelli ou à Bridgestone.

Mais Pirelli dispose au moins d'un bon point de départ pour le développement, puisqu'une bande de roulement a été conçue lorsque l'idée a été précédemment évoquée, même si Isola a admis qu'il faudrait "deux mois" pour créer de nouveaux moules avant que les tests de construction ne puissent commencer.

Insistant sur l'aspect durable d'un pneu unique pour le mouillé, Isola conclut : "Pour moi, c'est une bonne idée si ça fonctionne, si vous n'avez qu'un seul produit pour le mouillé. Pour l'instant, nous fournissons sept trains de pneus, quatre intermédiaires et trois pluie. [Les équipes] auront sept trains de la même bande de roulement qu'ils pourront utiliser à n'importe quel moment du week-end. Et cela pourrait également être un bon sujet pour la durabilité."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation
Article précédent Encore en "béquilles", Williams requiert cinq ans pour rebondir
Article suivant Webber : "Plus d'éloges et de notoriété" si Red Bull était un constructeur

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse