La priorité de Williams redevient la performance et non la survie

George Russell salue l'arrivée de plusieurs recrues haut placées chez Williams, lesquelles devraient améliorer la gestion de l'écurie selon lui.

La priorité de Williams redevient la performance et non la survie

George Russell vient de commencer sa troisième saison au sein d'une écurie Williams qui a conclu les trois dernières saisons en date à la dernière place du championnat des constructeurs. Malgré ses 16 titres mondiaux (neuf chez les constructeurs, sept côté pilotes), l'équipe britannique était en grande difficulté et a finalement été vendue l'été dernier par la famille Williams aux investisseurs américains de Dorilton Capital.

Lire aussi :

Claire Williams, qui dirigeait l'écurie depuis 2013, l'a alors quittée, cédant sa place à l'intérimaire Simon Roberts, qui a finalement été nommé définitivement au poste de directeur d'équipe. Jost Capito, qui jouit d'une expérience immense en sport auto, a rejoint le team en tant que PDG et a recruté François-Xavier Demaison, avec qui il a travaillé avec grand succès chez Volkswagen en WRC notamment, comme directeur sportif.

D'après Russell, c'est la fin d'une ère : celle où Williams luttait pour sa survie. "L'arrivée de [Jost] est une nouvelle incroyablement positive pour Williams en vue des années à venir", estime l'Anglais. "Je crois vraiment que nous avons un patron ferme à notre tête, qui sera capable de structurer une véritable équipe technique autour de nous afin de nous aider à améliorer, au bout du compte, les performances de la voiture."

"Bien sûr, nous n'avons pas eu de directeur technique depuis que je suis chez Williams, ce qui est fou quand on y réfléchit. J'imagine que la priorité depuis mon arrivée chez Williams jusqu'à la reprise par Dorilton était de maintenir l'écurie à flot, de conserver les emplois des gens et de faire survivre l'écurie, plutôt que d'essayer de rendre la voiture aussi rapide que possible. La priorité était de maintenir l'équipe en Formule 1, et c'est super de faire ça, mais maintenant nous pouvons à nouveau nous focaliser totalement sur les performances. Avoir Jost à notre tête est vraiment enthousiasmant pour tout le monde chez Williams."

Russell précise : "Je trouve ça incroyablement important d'avoir un directeur technique. La Formule 1 est un gigantesque puzzle. Il faut assembler ces pièces, et c'est un directeur technique qui orchestre ça. Ça a été très difficile, et beaucoup de gens ont dû faire un travail pour lequel ils n'avaient probablement pas signé, car il n'y avait pas forcément quelqu'un pour les diriger."

"Maintenant, nous avons un PDG, nous avons un directeur technique. Les autres membres de l'équipe peuvent désormais à nouveau se concentrer sur leur objectif principal, que ce soit l'aérodynamique, la mécanique ou l'électronique, entre autres. Notre nouveau directeur technique va les orchestrer et tout rassembler."

La nouvelle réglementation aérodynamique accorde à Williams plus d'essais en soufflerie que les autres écuries, et l'équipe a déjà fait savoir qu'elle allait concentrer ses ressources sur la révolution technique de 2022. En attendant, elle est manifestement la neuvième force du plateau cette saison, ce qui n'a pas empêché Russell d'atteindre la Q2 au Grand Prix de Bahreïn.

partages
commentaires
Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage
Article précédent

Quand Stirling Moss donnait une leçon sur le pilotage

Article suivant

Pérez vise la victoire à Imola après avoir "beaucoup appris"

Pérez vise la victoire à Imola après avoir "beaucoup appris"
Charger les commentaires