Procédure de départ - Perplexité et test de mémoire 

Les restrictions en matière d’aides au pilotage pour les départs changeront-elles réellement la donne ce week-end à Spa-Francorchamps? Il faudra attendre l’extinction des feux, dimanche à 14 heures, pour connaître la réponse. 

Tandis que plusieurs équipes minimisent l’impact de ces nouvelles règles, comme Pat Symonds l’expliquait à Motorsport.com, les pilotes semblent eux aussi perplexes. Du changement oui, mais qui ne révolutionnera pas les départs. C’est en substance ce qu’ils pensent, même si Nico Rosberg semble davantage préoccupé. 

Pour Sebastian Vettel, c’est la décision de modifier les procédures en cours de saison qui étonne. 

"Je ne comprends pas vraiment ce que nous essayons de faire", reconnait le pilote Ferrari. "Je ne crois pas que ça changera grand-chose. Peut-être que ce sera un peu chaotique dimanche, et peut-être le dimanche suivant, mais il y a beaucoup de gens intelligents en F1. Je crois que les pilotes devraient être capables de faire beaucoup de choses. Je crois que dans deux ou trois courses, cela ne changera plus rien."

Comme une leçon à apprendre

En réalité, les pilotes vont avant tout passer un véritable test de mémoire dimanche, puisqu’ils devront mener l’intégralité de la procédure sans l’aide du muret des stands une fois qu’ils auront quitté une première fois la grille. 

"Il faut avoir de la mémoire. Normalement, on nous dit quoi faire 5 secondes avant, mais maintenant nous devrons nous en souvenir pendant 10 minutes. Donc je crois que nous y ferons face", estime Jenson Button. "Je ne crois pas, à moins qu’un pilote oublie ce qu’il est supposé faire. L’équipe n’est pas autorisée à nous parler, nous pouvons dire ce que nous voulons à l’équipe, c’est formidable!"

Romain Grosjean partage le même avis que le pilote McLaren : "C’est comme revenir à l’école car je devrai me souvenir d’une liste de choses à faire avant le départ, mais cela créera certainement quelques surprises au départ. Avant, il n’y avait pas vraiment de mauvais départs, mais je ne crois pas que ça va changer le monde. La procédure en elle-même ne changera pas vraiment."

La procédure complexe du tour de formation

Alors qu’il a confié que les nouvelles règles lui ouvraient un nouveau domaine dans lequel il pouvait essayer de concurrencer Lewis Hamilton, Nico Rosberg considère néanmoins que le nouveau règlement va avoir des conséquences importantes. L’Allemand évoque lui aussi la complexité de la procédure de départ, et semble imaginer que des pilotes soient perturbés par l’absence de communication avec leur équipe. 

Vous pouvez imaginer que c'est très excitant, dans le simulateur, de faire un tour de formation!

Nico Rosberg

"C’est une assez grosse différence", prévient Rosberg. "Pendant tout le tour de formation, lors des dernières courses à la radio ça ne s’arrêtait jamais quand je quittais la grille, jusqu’au départ. Et même sur la grille pour le départ réel, ça ne s’arrêtait pas. Maintenant, ce sera le silence absolu, et je devrai encore faire toutes ces choses. Je dois faire beaucoup de procédures, ce qui nécessite de se souvenir, donc ce sera plus difficile. Et le départ en lui-même, ce sera plus difficile, car le réglage de l’embrayage est fixé, et c’est à moi de prendre un bon départ." 

"J’étais dans le simulateur mardi, pour m’entraîner au tour de formation. Vous pouvez imaginer que c’est très excitant, dans un simulateur, de faire un tour de formation! Je l’ai fait et j’ai fait des efforts, et c’était très utile."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de Belgique
Circuit Spa-Francorchamps
Pilotes Jenson Button , Sebastian Vettel , Romain Grosjean
Équipes McLaren , Ferrari , Lotus F1
Type d'article Actualités
Tags aides, départs, procedure, spa