Formule 1
25 juil.
-
28 juil.
Événement terminé
01 août
-
04 août
Événement terminé
29 août
-
01 sept.
Événement terminé
05 sept.
-
08 sept.
Événement terminé
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Essais Libres 1 dans
4 jours
10 oct.
-
13 oct.
Essais Libres 1 dans
17 jours
24 oct.
-
27 oct.
Essais Libres 1 dans
32 jours
31 oct.
-
03 nov.
Essais Libres 1 dans
39 jours
14 nov.
-
17 nov.
Essais Libres 1 dans
53 jours
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
Essais Libres 1 dans
67 jours
Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

Hamilton et Bottas, des configurations différentes pour le départ

partages
commentaires
Hamilton et Bottas, des configurations différentes pour le départ
Par :
Co-auteur: Jonathan Noble
16 août 2019 à 14:25

L’écurie Mercedes sait parfaitement bien que la seule façon pour ses pilotes de conserver l’avantage d’une pole position d’un Grand Prix est d’effectuer un excellent départ.

L’issue d’un Grand Prix moderne est partiellement décidée au moment du départ. Une accélération franche jusqu’au premier virage, sans un patinage excessif, est désormais cruciale. Il est intéressant de constater que les pilotes Mercedes, Lewis Hamilton et Valtteri Bottas, ont opté pour des palettes d’embrayage de formes différentes cette année.

Lire aussi :

Les deux ont pourtant commencé la saison avec des systèmes similaires faits de palettes doubles à droite et à gauche du volant. Comme le démontre l'illustration de Giorgio Piola, chaque palette disposait d’embouts permettant aux pilotes s’y insérer le bout de leurs doigts, permettant ainsi de mieux ressentir le point de friction de l’embrayage.

Cockpit de la Mercedes W10

Cockpit de la Mercedes W10

Photo de: Giorgio Piola

Après avoir connu des départs de courses moyens en Australie et à Bahreïn, Hamilton a décidé de faire modifier sa palette d’embrayage pour le Grand Prix de Chine. Cette palette ressemble désormais celle introduite par Ferrari en 2016.

À cette époque, Ferrari avait abandonné le système à palettes doubles pour un basculeur simple qui fait toute la largeur du volant. Un basculeur simple, comme celui de Ferrari, procure, en principe, un meilleur feeling du point de friction, car le déplacement linéaire du basculeur est plus long que celui d’une palette courte. Pour le pilote, une meilleure sensation de l’embrayage est souvent gage d’un départ réussi.

Comparaison des volants des Ferrari SF70H de Vettel et Räikkönen

Comparaison des volants des Ferrari SF70H de Vettel et Räikkönen

Photo de: Giorgio Piola

À partir du Grand Prix d’Espagne 2017, Sebastian Vettel a choisi de revenir à la configuration à palettes doubles. Toutefois, après avoir vu son coéquipier Kimi Räikkönen réussir d’excellents départs et après avoir été impliqué dans le gros crash au début du Grand Prix de Singapour, Vettel a décidé de revenir au dispositif à long basculeur.

Hamilton a commencé la saison 2019 avec un système à palettes doubles (comme le démontre cette autre illustration de Giorgio Piola, ci-dessous) avant de changer pour une palette simple à partir du Grand Prix de Chine.

Le volant de Lewis Hamilton sur la Mercedes W08

Le volant de Lewis Hamilton sur la Mercedes W08

Photo de: Giorgio Piola

Son système actuel dispose d’une palette à droite, munie de deux embouts pour y placer le bout de ses doigts. En comparaison, le volant de Bottas possède encore deux palettes d’embrayage.

Mercedes n’est pas la seule écurie de F1 à configurer différemment les volants de ses pilotes. Chez Ferrari, les volants de Vettel et de Charles Leclerc disposent d’une seule palette d’embrayage, mais qui est configurée de deux façons différentes.  

Vettel utilise sa main gauche pour activer l’embrayage, car sa main droite est occupée à manipuler la fameuse troisième palette (illustrée par la flèche rouge ci-dessous) qui sert, croit-on, à modifier les caractéristiques de tenue de route de sa monoplace durant un tour de piste.

Pour Charles Leclerc, c’est l’inverse. Le Monégasque utilise sa main droite pour activer l’embrayage et la gauche pour manipuler la troisième palette.

Arrière du volant de la Ferrari SF71H de Sebastian Vettel

Arrière du volant de la Ferrari SF71H de Sebastian Vettel

Photo de: Giorgio Piola

Article suivant
Bottas : J'étais aussi rapide que Meeke sur la Toyota WRC

Article précédent

Bottas : J'étais aussi rapide que Meeke sur la Toyota WRC

Article suivant

Rétro 1984 - Quand Ayrton Senna fut puni par l’écurie Toleman

Rétro 1984 - Quand Ayrton Senna fut puni par l’écurie Toleman
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Giorgio Piola