Prost : "Alonso est de retour, c'est sûr"

Enthousiasmé par les performances récentes de Fernando Alonso, Alain Prost estime que le double Champion du monde est de retour à son meilleur niveau.

Prost : "Alonso est de retour, c'est sûr"

Après avoir manqué les saisons 2019 et 2020 de Formule 1, la campagne actuelle a commencé modestement pour Fernando Alonso, qui était dominé par son jeune coéquipier Esteban Ocon en performance pure lors des cinq premiers Grands Prix. Cependant, la situation s'est inversée à Bakou et au Castellet, où Alonso a battu Ocon en qualifications et où il a marqué 12 points quand le Français ne parvenait pas à accrocher le top 10.

Lire aussi :

Alonso s'est notamment fait remarquer en gagnant quatre positions dans l'avant-dernier tour (après le second départ) à Bakou, dont une grâce à la sortie de piste de Lewis Hamilton, pour obtenir la sixième place – avant une nouvelle course solide en France où il s'est classé huitième. Alain Prost, qui a connu une situation similaire en faisant l'impasse sur la saison 1992 avant de remporter le titre avec Williams l'année suivante, salue les performances du double Champion du monde.

"Je me rappellerai toujours quand j'ai arrêté pendant ce qui n'était vraiment que six mois en 1992, comme c'était difficile de revenir", déclare l'ambassadeur de Renault et conseiller de l'écurie Alpine à Motorsport.com. "Mais nous faisions des essais chaque semaine, nous en faisions tout le temps. Il était donc évident que Fernando ne pouvait pas être au top au début. C'est une nouvelle voiture, une nouvelle équipe, et il n'a pas couru en F1 pendant deux ans. Il visait plus ou moins le Grand Prix de France, il disait avoir besoin de quatre ou cinq courses. Ce n'est rien de spécial, c'est normal. Maintenant, il est de retour, c'est sûr."

Prost détaille les épreuves qu'il a connues lorsqu'il a lui-même fait son retour en Formule 1 à l'âge de 38 ans – un de moins qu'Alonso actuellement. "Les premiers essais étaient différents, c'était difficile physiquement, physiologiquement. Parfois, on est un peu surpris de croire qu'on peut y arriver. Et on a besoin de temps pour que tout soit correct : les automatismes, la vision et tout. J'ai trouvé ça difficile."

Alain Prost, Alpine F1 Team

"Je me suis donc rendu compte à quel point ça devait être difficile pour quelqu'un comme Fernando qui n'a pas fait de F1 pendant deux ans. Et il n'y a qu'une journée et demie d'essais avec la nouvelle voiture, avec tous les systèmes qu'il faut comprendre. Je ne sais pas si l'âge est un critère. Mais dans le cas de Fernando, il est très fort, il est encore en forme. C'est plutôt le fait que c'est normal : piloter une F1, la meilleure voiture au monde… S'il était au top immédiatement, ce ne serait pas normal, franchement."

Alpine peine en tout cas à comprendre pourquoi Esteban Ocon a connu une course si médiocre par rapport à son coéquipier au Circuit Paul Ricard, classé 14e avec 35 secondes de retard sur l'A521 de tête. "Fernando a fait une bonne course, un bon résultat", poursuit Prost. "Nous aurions pu faire juste un petit peu mieux, parce qu'il rattrapait [Ricciardo et Gasly], mais c'était difficile de dépasser. Nous n'avons pas fait un bon arrêt au stand. Il nous faut donc tout améliorer."

"Esteban a eu plus de problèmes avec les pneus. Ce n'était pas un bon résultat, pas une bonne course pour lui, mais on dirait que certaines voitures de différentes équipes ont eu des problèmes similaires. Il est vraiment, vraiment difficile de tout comprendre et résoudre, car cela part parfois d'un petit problème qui empire. Nous ne savons pas. Mais ce n'est vraiment pas ce à quoi nous nous attendions en termes de pneus. C'est pareil pour Ferrari, cela dépend des voitures et des pilotes."

Alpine a en tout cas reculé dans la hiérarchie avec des résultats qui n'avaient pas été si mauvais depuis 2017 (4,14 points par course), mais selon Prost, c'est grandement lié au report de la nouvelle réglementation technique et au gel des châssis (de septembre 2020 à fin 2021) et des moteurs (après la première course de la saison).

"Nous avons dû tout reporter d'un an. Pour nous, c'est donc difficile, nous avons une pression supplémentaire car nous n'avons pas amélioré la voiture et le moteur, puisque nous attendons l'an prochain. Ce n'est donc pas surprenant que nous ne soyons pas complètement au top. Tout se réunit, mais il reste un long chemin à parcourir, c'est sûr", conclut le quadruple Champion du monde.

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Ferrari discute d'un nouvel accord F1 avec Philip Morris

Article précédent

Ferrari discute d'un nouvel accord F1 avec Philip Morris

Article suivant

Hamilton : Il était "inutile" de défendre durement contre Verstappen

Hamilton : Il était "inutile" de défendre durement contre Verstappen
Charger les commentaires