Prost : La France a touché le fond avec la vente de Renault

Après la vente de l'équipe Renault à Group Lotus, la France ne sera plus impliquée en Formule 1 qu’en tant que motoriste, au grand désespoir d’Alain Prost, le seul champion du monde de Formule 1 français à ce jour

Après la vente de l'équipe Renault à Group Lotus, la France ne sera plus impliquée en Formule 1 qu’en tant que motoriste, au grand désespoir d’Alain Prost, le seul champion du monde de Formule 1 français à ce jour.

Les temps sont durs pour la France en Formule 1. Après avoir perdu son Grand Prix et son unique représentant dans la catégorie reine, Renault s’est désengagé de son écurie en revendant ses dernières parts à Genii Capital.

"C’est un point de vue réaliste. Il y a bien entendu une part de défaitisme mais ce sont les faits. On a touché le fond. Mais dans certains cas, ça peut être pas mal," a déclaré Alain Prost au magazine français Autohebdo.

"On peut être réaliste mais aussi optimiste. Des gens se rendent compte que ce n’est pas une bonne chose pour un pays d’automobile comme la France. Il y aura donc peut-être des mesures, des stratégies mises en œuvre pour y remédier et revenir à une situation normale, peut-être de façon plus solide que dans le passé."

Selon Alain Prost, les temps sont difficiles car la France est un pays un peu autophobe et c’est pourquoi les constructeurs ou d’éventuels sponsors n’ont plus envie d’investir en Formule 1.

"C’est extrêmement difficile en ce moment car on est un pays un peu autophobe. Les entreprises et les marques n’ont plus envie d'investir en Formule 1. Pour moi, ce n’est pas une surprise, et je ne suis pas certain que les personnes au courant de ce qu’il se passait n’aient pas senti la chose arriver. Ce n’était pas une fatalité. Aujourd’hui, il faut faire différemment."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Alain Prost
Type d'article Actualités