Prost - La suppression des messages radio n'a que du bon

Alain Prost est favorable à la suppression des conversations radio entre le muret des stands et les pilotes pour favoriser le spectacle en course et apporter un nouveau grain de sel à la F1 sans devoir utiliser d'artifices

Alain Prost est favorable à la suppression des conversations radio entre le muret des stands et les pilotes pour favoriser le spectacle en course et apporter un nouveau grain de sel à la F1 sans devoir utiliser d'artifices. Au-delà même du spectacle, le Français estime que le fait d'entendre se plaindre les pilotes régulièrement altère la perception du public face à ces héros semblant trop assistés et plaintifs.

Remettant le feeling du pilote et sa compréhension des conditions de course au cœur du pilotage, la mesure pourrait avoir des implications intéressantes sur la course, à l'heure où les pilotes sont très souvent guidés par leurs ingénieurs pour optimiser les réglages au volant ou recevoir une foule d'informations en temps réel sur le développement des stratégies.

Un changement dans ce sens vient d'être validé par la FIA, pour changer le niveau "d'assistance" offert aux pilotes en course. Aucune information n'a pour l'heure circulé concernant l'extension d'une telle mesure aux séances d'essais du vendredi et samedi, quand le dialogue avec les ingénieurs est également crucial pour la définition des réglages. C'est toutefois la communication concernant la "performance" qui sera visée à effet immédiat.

Rétablir le respect des pilotes

Par ailleurs, la communication de certains messages radio en direct lors des GP apportent certes une plongée intéressante pour les téléspectateurs, mais le phénomène a par ailleurs tendance à créer de nombreuses polémiques inutiles ou à altérer la perception des pilotes par le public, à l'heure où celui-ci se cherche de nouveaux héros.

"Si j'ai quelque chose de négatif à dire au sujet de la F1 moderne, c'est vraiment au sujet des messages radio", explique ainsi Alain Prost au magazine Autosport. "Pour le public, les spectateurs, les gens qui regardent la TV, ces messages sont très négatifs. Même si ce n'est pas totalement vrai, les gens peuvent penser que la F1 est devenue trop assistée, facile et contrôlée par quelqu'un d'autre que le pilote".

Selon Prost, cette image négative peut être aisément canalisée pour rétablir la perception du public, souvent erroné par des informations partielles.

"Je n'ai aucune idée concernant le fait que les gens aiment ou non ce genre de messages", admet-il cependant, conscient du fait que toujours plus d'informations sur ce qui se passe à bord sont attendues à l'ère de l'information numérique, et que les communications contribuent à faire monter la tension dramatique d'un championnat, comme dans le cas du duel Rosberg/Hamilton.

Plus d'autonomie, plus de respect

En revanche, il est facile de mieux sélectionner certains messages faisant passer les pilotes pour des sportifs gémissant plus souvent qu'à leur tour en cas de contrariété.

"L'autre signal négatif concerne les messages des pilotes vers les stands", reconnaît Prost. "Il m'a touché, que dois-je faire? Appelez Charlie, demandez une pénalité à Charlie! On ne peut pas avoir ça", juge le Quadruple Champion du Monde, qui a eu droit à sa part d'échauffourées avec Senna et de nombreux autres pilotes en son temps.

Conscients qu'ils peuvent être entendus presque en direct sur les télévisions du monde entier, les pilotes utilisent désormais la radio comme une façon politique d'influencer l'opinion des fans en leur faveur, et placer la FIA sous pression au moment de lancer des investigations.

"Ce devrait être retiré. Pour commencer, les pilotes ne devraient pas dire ça. S'ils le disent, c'est parce que les choses ont changé. Ils ne devraient pas se plaindre de ça; et si c'est le cas, on ne devrait pas le savoir".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Alain Prost
Type d'article Actualités