Prost - Montrer que le métier de pilote de F1 est difficile

partages
commentaires
Prost - Montrer que le métier de pilote de F1 est difficile
Par : Basile Davoine
28 janv. 2017 à 17:00

S'il avait le pouvoir de changer une chose en Formule 1, Alain Prost s'en prendrait à la "philosophie globale" de la discipline afin que le public perçoive de nouveau les pilotes comme des héros.

Alain Prost, avec le Renault Sport F1 Team
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Valtteri Bottas, Williams FW38 repart après un tête-à-queue
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid et son équipier Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid passent des débris de la Sauber C35 de Marcus Ericsson, Sauber F1 Team
Jenson Button, McLaren MP4-31
Alain Prost
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16 au départ de la course alors que Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 et Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H roulent avec des ailerons avant cassés
Le départ

La Formule 1 a officiellement changé de mains cette semaine avec la prise de contrôle totale et définitive de Liberty Media. La fin d'une ère, marquée par le départ de Bernie Ecclestone. Et l'ouverture de nombreuses interrogations quant à ce qui va changer dans les années à venir. Des orientations ont déjà clairement été établies, reste à voir ce qui se concrétisera. 

Que faut-il changer en Formule 1 ? "C'est la question que tout le monde pose", répond Alain Prost à Sergio Pérez dans les colonnes de F1 Racing. "Il y a eu tellement de changements ces dernières années que c'est difficile de changer quelque chose de manière radicale."

Modifier la perception par le public

Le quadruple champion du monde rejoint en tout cas la ligne directrice souhaitée par Ross Brawn avant même que ce dernier ne soit nommé à la direction sportive de la Formule 1 par Liberty Media : établir une vision claire et invariable pour les années qui viennent.

"J'ai lu une interview de Ross Brawn, disant que nous devons avoir une stratégie pour les trois ou cinq prochaines années", rappelle Prost. "Je suis d'accord avec ça, car dès que nous changeons une chose, on peut introduire un aspect négatif. Il faut donc avoir une stratégie."

"Et il faut aussi être très humble. Je me souviens, lorsque nous avons introduit les nouveaux moteurs F1, il y a trois ans, je faisais partie de ceux qui soutenaient ce moteur, et j'étais vraiment, vraiment déçu par le fait que la perception du public et des fans ne soit pas positive."

"Si vous aviez la nouvelle voiture d'un constructeur et qu'elle avait la même puissance - ou même plus - avec 30% de consommation d'essence, ce serait intéressant, non ? Vous voudriez comprendre comment ça fonctionne. Mais toute la communication que nous avons faite autour des moteurs hybrides n'était pas bonne. C'est juste un exemple."

Savoir où aller, savoir communiquer positivement et surtout redonner une perception des pilotes qui fasse rêver le public. À ce titre, Prost renouvelle sa position au sujet des communications radio, et estime qu'elles ne devraient pas être diffusées en direct lors des Grands Prix.

"La seule chose que je voudrais vraiment changer si je le pouvais, c'est la philosophie globale", avance le Français. "Nous devons montrer aux gens que le métier de pilote de Formule 1 est bien plus difficile que ce qui est perçu de l'extérieur. C'est pourquoi je n'ai jamais été favorable à la diffusion en direct des communications radio, car je ne crois pas que ça donne une bonne perception de la situation."

Prochain article Formule 1

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Alain Prost
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités