Formule 1
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Qu'est-ce qui a transformé Lewis Hamilton?

partages
commentaires
Qu'est-ce qui a transformé Lewis Hamilton?
Par :
Traduit par: Benjamin Vinel
9 juin 2015 à 12:00

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06
Bannière
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06, en tête au départ de la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, avec les fans après la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, avec les fans après la course
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team et Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Le vainqueur Lewis Hamilton fête sa victoire avec l'équipe Mercedes

Il est étrange de voir à quel point on peut atteindre la maturité à différents âges. Enfant, je n'avais qu'une envie : être adulte, et découvrir le monde moi-même plutôt qu'à travers mes livres d'école. J'ai commencé à couvrir des weekends de course pour des publications spécialisées avant même d'avoir mon permis de conduire. Dès que j'ai fini mes examens de lycée, je me suis rendu sur un circuit au fin fond du Pays de Galles où j'ai rencontré David Coulthard pour la première fois ; c'était à la fin des années 80!

Certains se satisfont cependant de faire l'enfant pendant bien plus longtemps, dans leur vie d'adulte, avant de mûrir. Quand ils font cette transformation, le contraste est plus marquant, d'une certaine manière.

Quand on regarde le Lewis Hamilton d'aujourd'hui, comparé à celui des saisons passées, il faut dire qu'il y a eu un net changement dans son attitude et dans sa façon de penser. Il le reconnaît lui-même, soulignant très souvent en interview qu'il est désormais bien plus âgé et plus sage. Passer la trentaine au mois de janvier semble lui avoir très bien convenu lors de ces cinq derniers mois.

Radio Gaga

Quand on entend un message radio agacé de sa part désormais (et même les vieux renards Fernando Alonso et Kimi Räikkönen s'y laissent prendre!), il s'agit moins de reproches, on sent moins le ton d'un adolescent grognon. S'il demande quelque chose, c'est pour une raison, pas pour le plaisir de se plaindre. Même Jenson Button réprimande son ingénieur lorsque ce dernier lui parle dans les virages...

Monaco en était un parfait exemple. Lors des années passées, de rage, le petit Hamilton aurait jeté ses jouets dans toute la Principauté après cette faute stratégique, qu'il en soit partiellement responsable ou non. Et il a certainement joué un rôle dans les discussions radio qui ont mené à la mauvaise décision.

Bien sûr, il était contrarié : il avait perdu la plus grande course de l'année dans des circonstances malheureuses et évitables, mais il n'a pas laissé la situation s'envenimer au-delà de la déception du moment. Peut-être ce moment de calme au Portier dans le tour d'honneur était-il ce dont il avait besoin.

Aller de l'avant

Au Canada, le Lewis optimiste et plein d'entrain était de retour malgré ces deux échecs consécutifs. Tout journaliste agaçant qui se respecte voulait qu'il râle pour faire du chiffre, mais ce nouveau Lewis refusait de regarder dans le rétroviseur : seul ce qu'il y avait devant lui l'intéressait. Tant mieux pour lui.

C'est une excellente tactique : pourquoi s'appesantir sur quelque chose qu'on ne peut pas changer? Pourquoi gaspiller de l'énergie mentale à penser à quelque chose un millier de fois?

Peut-être que négocier son propre contrat avec Mercedes, avec cent millions d'euros à la clé, lui a donné ce boost de confiance? Peut-être a-t-il le sentiment d'enfin vivre la vie à sa façon?

Il a l'air bien mieux dans sa peau, et je suis très heureux pour lui. Son interview avec l'ancien joueur de football Thierry Henry, sur Sky Sports, en était la preuve, lorsqu'ils ont comparé leurs états d'esprit respectifs, et ont tous deux reconnu à quel point il est difficile d'opérer au sein d'une équipe quand on est si brillant.

L'enfant a enfin grandi

Il a toujours été un gosse agréable, même quand je téléphonais sur sa ligne fixe quand il courait en karting (les téléphones portables n'existaient pas, vous vous rappelez?) au début de ma carrière de journaliste. Et, bien sûr, il est entouré par cette famille fantastique depuis toujours.

Ce talent de pilote, cette vitesse éblouissante, ces dépassements prodigieux : rien n'a changé. Il demeure le pilote de pointe que j'ai vu passer par la Formule Renault, la F3 et le GP2 avant de faire des débuts remarqués en F1 en 2007.

Mais désormais, en plus de ça, il est finalement adulte. Peut-être s'est-il ainsi débarrassé de sa principale lacune face à Nico Rosberg?

Article suivant
Ferrari reste confiant malgré l'échec du Canada

Article précédent

Ferrari reste confiant malgré l'échec du Canada

Article suivant

Manor pourrait abandonner l'idée d'une monoplace 2015

Manor pourrait abandonner l'idée d'une monoplace 2015
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Charles Bradley