Quand Felipe Nasr coachait Sainz et Kvyat en monoplace !

L'idée qu'un pilote de Formule 1 puisse être le coach d'un autre peut paraître bizarre, surtout s'il était le coach de deux autres ! Pourtant, Felipe Nasr a jadis été celui de Daniil Kvyat et de Carlos Sainz, comme le révèle Oleg Karpov.

Antonio Ferrari, qui a joué un rôle crucial dans le recrutement de Kvyat et Sainz par Red Bull, a connu une très bonne saison 2009 en Formule BMW Europe en tant que directeur d'Eurointernational. Son écurie a dominé la discipline avec Felipe Nasr et Dani Juncadella.

Le Brésilien, qui courait alors sous les couleurs de Red Bull, a fini premier ou deuxième lors de 14 des 16 courses et a facilement remporté le titre. Son coéquipier espagnol a fini vice-champion pour un doublé Eurointernational, devant un Robin Frijns qui allait remporter trois titres consécutifs sur les trois années suivantes.

Pour défendre son titre en 2010, Ferrari voulait un soutien complet de la part de Red Bull, ainsi que deux jeunes pilotes à faire débuter. Suivant les conseils de son frère Alessandro, qui est directeur de course de championnats de karting majeurs, il a jeté son dévolu sur Sainz et Kvyat.

Nyck de Vries, qui affrontait régulièrement ces deux pilotes en karting, s'est quant à lui retrouvé chez McLaren.

"J'ai dit au Dr Marko : 'Ce sont deux pilotes que j'aimerais avoir'," relate Ferrari. "De Vries n'a pas été envisagé. Je pensais qu'il avait eu un avantage en karting parce qu'il était très petit, très mince, et il faisait du karting tous les jours. Et j'avais le pressentiment que ces deux-là allaient y arriver. Le même pressentiment que lorsque j'ai choisi Nasr."

Marko était d'accord, mais Ferrari a décidé de tester ces deux pilotes avant de prendre une décision finale. Eurointernational avait déjà un contrat avec Red Bull et tout ce dont l'équipe avait besoin, c'était d'annoncer ses pilotes.

Varano, là où tout a commencé

"Après une autre course de kart réussie, je pense en Championnat d'Europe, j'ai reçu un coup de fil d'Antonio," se souvient Kvyat, six ans plus tard, dans le motorhome de Red Bull Racing. "Il m'a dit qu'ils faisaient des essais à Varano, qu'ils voulaient que j'y sois et que le Dr Marko prêterait beaucoup d'attention à ces essais. Donc je suis allé à Varano, comme Carlos."

L'Autodromo Riccardo Paletti de Varano, baptisé en hommage au pilote qui a péri au départ du Grand Prix du Canada 1982, était (et reste) détenu par Eurointernational. C'est là que presque tous les jeunes pilotes de l'équipe ont fait leurs premiers essais.

"C'est génial, parce que cela nous donne toutes les références des pilotes que nous y avons amenés," explique Ferrari. "[Alexander] Rossi, Daniel Juncadella, [Stefano] Coletti. Tous mes pilotes."

Le premier jour, Kvyat et Sainz n'étaient pas les deux seuls pilotes à Varano. Ils ont été rejoints, et coachés, par... Felipe Nasr, qui est désormais leur rival en Formule 1 !

"Ouais, je me rappelle ce jour-là," commente Nasr. "Ferrari m'a dit : 'Il y a deux jeunes, très talentueux, de karting, nous allons les tester à Varano'. Et il m'a demandé si je pouvais aller leur donner des conseils parce que ça allait être leur première fois en monoplace."

"Pas de surprises, c'étaient Daniil Kvyat et Carlos Sainz. Et maintenant, nous sommes tous en F1 ensemble ! Du coup, je me sens un peu vieux ! C'est moi qui leur ai appris un petit peu grâce à mon expérience de l'équipe, mais c'était clair qu'ils étaient très talentueux. Je suis heureux qu'ils y soient arrivés."

"Ils ont mis un coussin dans son baquet"

"Je me rappelle que, quand on a fait notre premier tour de piste, on commençait très loin du rythme de Felipe," se souvient Sainz. "Je me rappelle encore son temps au tour. C'était tellement rapide, et nous, en arrivant, nous étions à deux secondes. Je me suis dit que j'étais nul !"

"Felipe avait probablement fait environ 200 tours sur ce circuit, et il connaissait très bien la BMW. Mais Dany et moi, nous attaquions vraiment, et petit à petit, nous y arrivions."

Un jour n'était vraiment pas suffisant pour que Sainz et Kvyat surpassent le meilleur pilote de Formule BMW Europe. Mais c'était plus que suffisant pour montrer leur potentiel à leur futur patron.

"Je ne peux que me souvenir qu'ils étaient tous deux très, très maigres," ajoute Nasr. "En fait, je ne pouvais pas imaginer qu'ils pilotent une monoplace, surtout Daniil. Il avait l'air d'avoir 12 ans ! Ils ont mis un coussin dans son baquet, sinon, il n'aurait pu rien voir."

"Et bien sûr, piloter un kart est vraiment différent de piloter une monoplace, et on se fatigue bien plus vite. Mais je me souviens qu'ils se sont tous deux bien adaptés, et nous avons vu le développement."

Une douleur qui vaut le coup

"Je ne me souviens pas du tout de ça," rétorque Kvyat quant au coussin dans son baquet. "J'étais assez maigre, mais c'était un baquet normal. Il doit rêver !"

"Mais ouais, il était vraiment utile. Les monoplaces sont extrêmement différentes du karting, donc il m'expliquait les bases, vous savez. Comment rétrograder, comment freiner, quels vibreurs de Varano peuvent être attaqués, quels vibreurs ne devraient pas être attaqués, et cetera."

"Il a beaucoup aidé. Donc, s'il a besoin de conseils maintenant, il peut toujours venir me voir," plaisante le Russe.

"Je me souviens que j'étais très fatigué ce jour-là. Physiquement, c'était très difficile, et j'avais les mains calleuses à cause des changements de vitesse et du volant. Mon corps souffrait, mais je me sentais vraiment, vraiment bien, parce qu'à la fin de la journée, ils m'ont dit que j'avais fait du bon travail."

Une minute et combien de secondes?

"La première fois que nous amenons un pilote à Varano, il ne descend presque jamais en-dessous de 1'13," révèle Ferrari. "Le record était alors détenu par Robert Wickens, qui court désormais en DTM avec Mercedes. Il a fait un 1'07"47."

"Une fois, nous y sommes allés avec Sainz juste pour battre ce record et essayer de passer en-dessous de 1'07. Il a tourné encore et encore, il a fait 20 tours à moins d'un centième, nous avions huit trains de pneus, juste pour faire des tours. Il n'a pas pu faire mieux que 1'07"26."

"La première fois, cependant, si le pilote passe sous les 1'12"5, c'est un très bon temps. Si on vient là pour la première fois, c'est ce qu'il faut faire à la fin de la journée."

"Quand Sainz et Kvyat ont fait leur première journée, ils ont tous les deux fait 1'09. Peut-être que Carlos était un petit peu plus rapide, mais Carlos a plus roulé, il a fait plus de kilomètres. Donc j'ai fait mon rapport au Dr Marko, et je lui ai dit que ces deux pilotes étaient spéciaux."

Marko lui-même a rapidement pris son téléphone. "Antonio m'a dit qu'il allait appeler, et il l'a fait," se souvient Kvyat. "Il a dit : 'Mon ami, je pense que tu es la bonne personne pour nous, nous aimerions signer un contrat."

Le contrat de Kvyat a été signé à Valence pendant le Grand Prix d'Europe. "Il a dit : 'Voici le contrat, réfléchis-y et si ça va, signe-le'. Mais franchement, je n'ai pas eu besoin de réfléchir tant que ça."

Sainz a également été recruté, et les deux jeunes hommes sont devenus coéquipiers dans ce qui allait être la dernière saison de Formule BMW Europe.

Quelques mois après la signature de l'accord, Kvyat a signé un nouveau record de Varano en 1'07"13. Lequel n'a jamais été battu...

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Felipe Nasr , Carlos Sainz Jr. , Daniil Kvyat
Équipes Red Bull Racing , Eurointernational
Type d'article Interview
Tags révélation