Quand Luca Badoer reprochait à la presse de ruiner sa pige Ferrari

partages
commentaires
Quand Luca Badoer reprochait à la presse de ruiner sa pige Ferrari
Par :
12 juil. 2015 à 12:30

Antonio Ghini et Luca Badoer
Luca Badoer
Giancarlo Fisichella et Luca Badoer
Luca Badoer, et Michael Schumacher, Scuderia Ferrari
Luca Badoer, Scuderia Ferrari, Jarno Trulli, Toyota F1 Team
Luca Badoer, Scuderia Ferrari
Kimi Raikkonen, Scuderia Ferrari, Luca Badoer, Scuderia Ferrari
Luca Badoer, pilote d'essai de la Scuderia Ferrari est sorti de piste en qualifications
Luca Badoer, Scuderia Ferrari et Romain Grosjean, Renault F1 Team

Moins d’une semaine après avoir appris son remplacement par Giancarlo Fisichella à compter du Grand Prix d’Italie en 2009, Luca Badoer avait estimé dans la Gazzetta Sportiva que les critiques de la presse avaient beaucoup joué en sa défaveur.

Le pilote italien s’était vu confier le baquet d'un Felipe Massa convalescent de son accident hongrois après l’annonce du forfait de Michael Schumacher, que la Scuderia souhaitait faire revenir au volant. Il n’avait alors pas été épargné par les critiques durant les deux courses courues sous les couleurs de Ferrari.

"Ceux qui écrivent ne se rendent pas compte du tort qu’ils peuvent causer. Les médias ont joué un rôle fondamental dans la décision de me remplacer," avait alors estimé un Badoer surnommé "Bad Hour" par les médias anglais.

Même s’il reste persuadé qu’il aurait été beaucoup plus compétitif à Monza, le troisième pilote de la Scuderia restait fier d’avoir participé à deux Grands Prix pour le compte de l’écurie au cheval cabré.

"J’ai réalisé mon rêve. Je pourrai toujours dire à mes enfants que j’ai disputé deux courses pour Ferrari. Maranello a eu confiance en moi. Je n’ai qu’un seul regret : pour le troisième Grand Prix, j’aurais fait mieux."

 

Je pensais que j’aurais du temps pour progresser

Luca Badoer, remplaçant de Massa en 2009

 

"Il n’y avait aucun accord sur le nombre de courses que je ferais. Je pensais que j’aurais du temps pour progresser. Et ces règles qui empêchent un pilote de réserve de réaliser des tests et qui font de lui une victime, ça n’arrive qu’en Formule 1."

L’ancien pilote Minardi reconnaissait toutefois que son remplaçant pouvait se montrer bien plus à l’aise au volant de la F60. Fisichella, en pleine forme, venait d’acquérir un podium en Belgique à bord d’une Force India.

"Giancarlo est un pilote rapide. Je suis heureux pour lui, il a réalisé son rêve de piloter pour Ferrari et il sera meilleur que moi parce qu’il court en F1 depuis longtemps et qu’il connaît bien les voitures 2009. Il peut rapidement viser des bons résultats," avait conclu Badoer.

Article suivant
Manor fait l'éloge de Merhi, Stevens et Leimer

Article précédent

Manor fait l'éloge de Merhi, Stevens et Leimer

Article suivant

Haas, vers un nouveau modèle d'équipe?

Haas, vers un nouveau modèle d'équipe?
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Luca Badoer
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Guillaume Navarro
Soyez le premier à recevoir toute l'actu