Quand Montezemolo recadrait Alonso chez Ferrari

L’histoire d’amour entre Fernando Alonso et Ferrari ne s’est pas terminée de la meilleure des manières, avec l’échec de l’Espagnol dans sa quête d’un troisième titre mondial dont il rêvait avec le cheval cabré.

De 2010 à 2014, il aura terminé trois fois au deuxième rang du championnat, y compris en 2013. Une année durant laquelle le développement en berne de la Scuderia avec la F138. 

Un GP de Hongrie à reculons

Dès la pause estivale, Alonso avait alors tiré la sonnette d’alarme, après une terne cinquième place obtenue en Hongrie. Sur cette course, Ferrari avait dû revenir en arrière avec son package, après l’entrée en vigueur décevante de ses dernières évolutions. Une situation qui n’avait pas manqué d’agacer un Alonso n’hésitant pas à faire part publiquement de sa frustration. 

Dès lors, Luca di Montezemolo avait ressenti le besoin de monter au créneau pour recadrer son pilote. D’abord via un communiqué officiel de la Scuderia Ferrari.

"Il est nécessaire de resserrer les rangs, sans céder à l’implosion même si cela est compréhensible après un mauvais résultat, car ce n’est d’aucune utilité à personne", pouvait-on lire sur le site officiel de l’écurie de Maranello. "C’est une référence aux derniers commentaires de Fernando Alonso, qui ne vont pas dans le bon sens avec Montezemolo ni avec quelqu’un d’autre dans l’équipe."

Et Montezemolo, alors Président de Ferrari, d’ajouter en personne : "Tous les grands champions qui ont piloté pour Ferrari ont été priés de mettre les intérêts de l’équipe devant les leurs. C’est le moment de rester calme, d’éviter les polémiques et de montrer l’humilité et la détermination pour que chacun apporte sa contribution, reste aux côtés de l’équipe et de son personnel à la fois sur le circuit et en dehors."

Objectif manqué

Cet épisode avait trouvé son épilogue quelques jours plus tard en interne, avant que Ferrari ne laisse entendre que Montezemolo comprenait lui-même la frustration d’Alonso et qu’il restait pleinement derrière lui. A Maranello, on affirmait même que ce qui avait été interprété comme un recadrage de la part de l’Italien devait en fait être perçu comme un souffle positif pour unir de nouveau l’équipe vers un objectif de victoire commun. 

La suite ne fut toutefois pas concluante, puisque le duo Alonso-Ferrari ne décrocha plus aucune victoire en 2013, ni la saison suivante, marquant la fin de la collaboration et le départ du double Champion du Monde pour McLaren-Honda.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement Grand Prix de Hongrie
Circuit Hungaroring
Pilotes Fernando Alonso
Équipes Ferrari
Type d'article Contenu spécial
Tags alonso, archive, ferrari, histoire, montezemolo