Quand Pat Symonds doutait d'un retour de Ferrari sur Williams

Cinq GP seulement ont été disputés cette saison, mais quelques premières conclusions peuvent déjà être tirées sans trop de prise de risques. Outre le fait que Mercedes a bel et bien conservé sa position prédominante avec autorité, Ferrari est devenu l'outsider N°1 des Flèches d'Argent, gommant une saison 2014 des plus décevantes.

Si la question de savoir si Ferrari peut encore sportivement ou politiquement mettre les bons moyens en œuvre pour réellement représenter une menace face à Mercedes amène plutôt à une réponse négative, le team de Maranello peut en revanche sérieusement s'accrocher à la seconde place dans sa division propre, devant le reste de la meute.

Pourtant, en début d'année, Pat Symonds, Directeur Technique Williams, n'aurait pas imaginé voir les Rouges se maintenir de manière si incontestable devant ses propres troupes, même après avoir observé les rapides Ferrari sur les essais privés d'avant-saison.

 

Je ne pense pas que nous allons nous faire rattraper

Pat Symonds, Williams (mars 2015)

 

"Je ne pense pas que nous allons nous faire rattraper", annonçait ainsi Symonds à Barcelone, lors des essais hivernaux, au micro de Motorsport.com.

Après avoir conclu la saison en solide outsider de Mercedes sur le rythme, Williams ne pensait pas que les motoristes adverses trouveraient tant de gains sur les unités de puissance. "Les essais hivernaux ne sont pas forcément représentatifs", modérait-il à propos des performances Ferrari, alors déjà dignes d'intérêt. "Tous les ans, on essaie de déterminer la hiérarchie, et la plupart du temps, on se trompe ! Même si l’on ne peut pas quantifier l’écart, on dirait que Mercedes garde un peu d’avance sur la concurrence. L’écart est toujours là. Derrière, c’est très serré entre Ferrari, Red Bull et nous".

 

Un rythme de développement envisagé apte à rattraper Mercedes

Williams se montrait également confiant quant au fait que le team serait en mesure de suivre le rythme de développement en cours de saison et peut-être même de réduire l'écart avec Mercedes pour émerger comme la seule seconde force du plateau. Si pour l'heure Red Bull demeure en retrait avec les problèmes Renault à régler, McLaren commence à se concentrer sur la performance et affiche une courbe de progression abrupte qui laisse penser que Williams aura bientôt fort à faire.

Pas suffisant, néanmoins, pour menacer l'équipe dans l'immédiat, qui a déjà pris le large avec les gros points des premiers rendez-vous. Mais un constat s'impose : Williams ne reprend pas de terrain à Mercedes et passe désormais plus de temps à regarder dans ses rétros et à tenter de garder le contact avec Ferrari, déjà 51 points devant en 5 manches.

"Tout a été développé par Williams. Le moteur est un peu plus volumineux cette année. L’échappement est plus volumineux aussi car Mercedes l’avait joué serré l’an dernier. Nous n’avions pas le sentiment d’y gagner aérodynamiquement, donc le fait que ce soit plus volumineux ne nous dérange vraiment pas. Nous avons réussi à dessiner un packaging beaucoup plus étroit", décrit Symonds.

"Les restrictions d’essais privés sont de plus en plus dures, c’est de plus en plus encadré. Il n’y a que douze jours pour couvrir toute la fiabilité, tous les systèmes, et s’intéresser à la performance. Il faut beaucoup de discipline pour faire tout cela. On dirait que Mercedes conserve l’avantage. Nous devons tous travailler dur pour les rattraper", osait alors l'ingénieur britannique.

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Williams
Type d'article Actualités
Tags concurrence, développement, performance, tests, williams