Quand Vettel attendait "un autre Australien" pour lui mener la vie dure

Quadruple Champion du Monde, Sebastian Vettel a raflé l'intégralité de ses titres mondiaux avec le même coéquipier à ses côtés : Mark Webber

Quadruple Champion du Monde, Sebastian Vettel a raflé l'intégralité de ses titres mondiaux avec le même coéquipier à ses côtés : Mark Webber. Ce dernier fut d'ailleurs un sérieux concurrent en 2010, année de la première couronne de l'Allemand, avant que Vettel n'asseye définitivement sa suprématie dans le team.

Lorsque Webber annonça sa retraite en fin de saison dernière et que Daniel Ricciardo fut désigné comme l'heureux élu, Vettel plaisantait déjà en confiant qu'il allait avoir près de lui "un autre Australien pour me rendre la vie difficile". Au regard des résultats des deux pilotes Red Bull cette saison, on peut dire que l'histoire lui aura donné raison. Certes, les ennuis mécaniques n'ont pas épargné le pilote allemand, mais les faits sont là et Ricciardo a déjà accroché trois victoires cette année, là où Vettel recherche encore un premier succès en 2014.

Si certains en doutaient en moment de la nomination de Ricciardo, Red Bull a bel et bien joué la carte de l'équité la plus totale entre ses pilotes, faisant fi du statut de Champion du Monde de Vettel. Alors qu'il dominait outrageusement la F1 en fin d'année 2013, on pouvait douter d'assister à un tel scénario, mais Christian Horner avait pourtant bel et bien prévenu.

Une équité promise et respectée

"La décision de prendre un jeune pilote ne signifie pas que les choses changent. Les deux pilotes auront les mêmes opportunités et le même équipement", promettait le team principal de Milton Keynes en septembre, il y a un an. "Sebastian a remporté beaucoup de courses et il est plusieurs fois Champion du Monde, donc il y a beaucoup d’attente autour de lui. Mais la réalité, c’est que les deux pilotes, comme cela a toujours été le cas, auront le même traitement et le même matériel."

Le constat est clair, l'approche de Red Bull Racing cette saison y est conforme, facilitée par l'intégration éclair d'un Ricciardo qui a su fédérer l'équipe autour de lui. En adoptant une attitude positive d'entrée, l'Australien a su séduire, ce dont ne doutait pas Sergio Pérez avant même le début de la saison. "Je connais très bien Daniel, c’est un bon ami à moi, et je pense qu’il a la bonne attitude pour y faire face", prédisait le Mexicain. "Cela lui prendra une ou deux courses mais, si Red Bull a une voiture performante, il sera proche de Sebastian [Vettel]. Ce sera bon pour lui."

Deux courses, c'est justement ce qu'il a fallu à Ricciardo en début de saison pour dominer une première fois Vettel, avec la suite que l'on connait !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Sebastian Vettel , Sergio Pérez , Daniel Ricciardo
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités