Quel espoir reste-t-il pour Marussia ?

Cette semaine, environ un millier d'objets appartenant à l'écurie Marussia étaient mis aux enchères afin de permettre à l'écurie de payer un maximum de ses dettes

Cette semaine, environ un millier d'objets appartenant à l'écurie Marussia étaient mis aux enchères afin de permettre à l'écurie de payer un maximum de ses dettes. Aucune information n'a filtré sur le déroulement de la vente, et l'avenir de la structure russe basée en Grande-Bretagne est chaque jour un peu plus sombre.

Officiellement, Marussia figure sur la liste FIA des engagés pour la saison 2015, portant toujours la mention "à confirmer". Dans les faits, l'équipe n'a pas participé aux trois derniers Grand Prix de la saison 2014 (Etats-Unis, Brésil, Abu Dhabi) et se trouve sous administration judiciaire depuis le mois d'octobre, ainsi qu'en cessation de paiement depuis novembre.

La perspective de voir l'écurie renaître de ses cendres est peu probable, mais Bernie Ecclestone a indiqué qu'il était prêt à faire un geste si nécessaire : attribuer malgré tout les 41 millions d'euros de la 9e place du championnat constructeurs, décrochée en piste.

"Si Marussia peut trouver quelqu'un qui prouve qu'ils ont assez d'argent pour courir toute l'année, et que nous sommes d'accord sur le fait qu'ils ont raison, nous pourrions laisser les choses telles qu'elles sont", a confirmé Ecclestone à The Independent.

Cette porte entrouverte ne modifie pas pour autant la façon de penser du grand argentier de la F1, qui estime que le propriétaire de Marussia, Andrey Cheglakov, a fait des erreurs. "Il était mal conseillé et il est entré dans une équipe sans vraiment savoir grand-chose à son sujet", regrette Ecclestone. "Je crois que s'il avait eu quelqu'un avec lui qui aurait pu faire un peu plus, il serait toujours en Formule 1 aujourd'hui."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Type d'article Actualités