Qui est Donald MacKenzie, l’homme qui tient les clés de la F1?

Agé de 57 ans, Donald MacKenzie n’est pas le nom le plus connu des fans suivant la F1 à la télévision, mais il s’agit pourtant de l’une des personnes les plus importantes du sport

Agé de 57 ans, Donald MacKenzie n’est pas le nom le plus connu des fans suivant la F1 à la télévision, mais il s’agit pourtant de l’une des personnes les plus importantes du sport.

Vous l’aurez deviné à son nom, MacKenzie est Ecossais, et comme le veut la légende concernant les natifs de l’extrémité Nord de la Grande-Bretagne, le co-fondateur de CVC Capital connait la valeur de l’argent ! Pourtant, MacKenzie n’a pas d’oursins dans les poches lorsqu’il flaire le bon coup du rachat de la majorité des actions Formula One Group, en 2006.

Un empire à 90 milliards d’euro par an

MacKenzie est issu d’une formation de comptabilité à l’Université de Dundee, où il a étudié avant de rejoindre l’ancêtre de CVC Capital Group, alors baptisé Citicorp (1988). Le groupe connaît alors une expansion spectaculaire sous sa supervision, et développe une réputation en béton armé dans le milieu de la finance. Les 52 compagnies mondiales sous la direction de CVC cumulent un chiffre d’affaires de 90 milliards d’euro par an…

En 2006, bien conseillé par Bernie Ecclestone, MacKenzie orchestre le rachat de la majorité des actions Formula One Group appartenant alors à Landesbank et Bambino (une société que certains disent écran du Grand Argentier de la F1), et prend ainsi le pouvoir exécutif sur le sport. L’opération, extrêmement juteuse pour CVC, est considérée par les analystes financiers du monde entier comme l’un des plus beaux coups de l’Histoire de la finance : la valeur marchande de la F1 a depuis pris des proportions incroyables par rapport au prix d’achat.

C’est autour de cette transaction que Bernie Ecclestone fait par ailleurs aujourd’hui l’objet d’un procès en Allemagne, pour avoir selon l’accusation facilité la vente des actions à CVC au détriment d’un autre potentiel acquéreur, en dévaluant le montant des parts.

L'homme qui détient le futur de la F1 entre ses mains

MacKenzie est l’un des hommes les plus riches de Londres, et c’est un pléonasme que de dire que Londres compte son lot de fortunes plus impressionnantes les unes que les autres en provenance des Emirats Arabes, d’Inde et de Russie !

En quelques années, MacKenzie a fait fructifier l’énorme investissement de CVC dans la F1 grâce à un nouveau business model, cependant toujours basé sur l’exclusivité premium chère à Ecclestone. MacKenzie est désormais tellement influent en F1 qu’il fait partie du comité exécutif prenant les grandes décisions du sport. Il intervient également à de nombreux autres niveaux du monde de l’économie sur la façon de réaliser des acquisitions de grande envergure mondiale.

MacKenzie a beau savoir que le succès de la F1 est avant tout celui de Bernie Ecclestone ; il est devenu indirectement l’homme le plus influent du sport : c’est en effet lui qui aura le dernier mot au moment de la désignation d’un successeur au Grand Argentier de la F1, quand celui-ci viendra à se retirer. Ce moment viendra bientôt.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Bernie Ecclestone
Type d'article Actualités