Rallycross - Julien Fébreau rit, Jacques Villeneuve pleure

Jean-Michel Le Roy, Trois-Rivières - Ces deux-là ne se quittent plus

Jean-Michel Le Roy, Trois-Rivières - Ces deux-là ne se quittent plus. Associés sur Canal+ pour les commentaires des Grand Prix, ils se retrouvent désormais sur les circuits de Rallycross quand le calendrier leur permet. Pour l'instant, si Jacques Villeneuve s'attaque au gros morceau de la catégorie reine, les Supercars, Julien Fébreau lui roule en RX Lites. Avec jusqu'à présent des fortunes diverses.

Sur l'exigeant tracé québécois, le Canadien n'a pas connu la réussite escomptée. La faute sans doute à quelques rugueux contacts de l'arrière de sa Peugeot 208, fortement compactée il est vrai par les réceptions optimistes sur les ''jumps'' du circuit trifluvien. ''J'ai cassé le réservoir. Normalement, ça n'arrive jamais. Et en plus, en voulant me dépanner vite, les bénévoles du circuit ont accroché ma voiture et l'avant s'est arraché." Décidément, un chat noir a dû se glisser depuis le début de saison dans les soubassements de la voiture. ''Un moment, lors des premières manches ça n'allait pas trop mal et je me suis dit : Qu'est ce qui va m'arriver maintenant parce depuis le début de saison je ne suis pas vraiment pas verni... et c'est arrivé.''

Il est vrai que pour sa première saison dans l'exigeante discipline, le Champion du Monde de Formule 1 tarde un peu à trouver la mire. Jusqu'à maintenant, dans ce nouveau Championnat du Monde, jamais Jacques n'a réussi à atteindre une demi-finale. Alors, chez lui, dans son fief de la Mauricie, il avait évidemment envie de bien faire. Hélas, un fois encore, un maudit coup du sort l'a contraint à lâcher prise.

Pour Julien Fébreau, son complice d'antenne, ce fut au contraire une belle aventure. Songez donc ! Le petit gars de Lohéac restera désormais dans les annales de la discipline puisqu'il est le premier Français à monter sur un podium du Championnat du Monde. Engagé en RX Lites, Julien a mené une course pleine de sagesse et de précaution. "Quand j'ai découvert la piste jeudi après midi en allant la parcourir à pieds, j'ai tout de suite compris qu'elle se détériorerait rapidement en course. Et au vu du format de la journée, il était évident que le facteur fiabilité serait primordial. J'ai donc volontairement choisi de ne pas attaquer sur les jumps. Cela m'a coûté du temps mais la voiture n'a pas subi le moindre dégât.''

En effet, à la fin de cette harassante journée pour les mécaniques, il rendait une copie propre, sans un accroc, sans une éraflure avec en prime une somptueuse troisième place qui le fait entrer dans le ''couloir de la renommée'' du circuit de Trois-Rivières.

Désormais une chose est certaine, ce qui pourrait arriver de mieux à ces deux-là serait de se retrouver au départ d'une manche du Championnat du Monde avec un rendez vous : celui du premier virage !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jacques Villeneuve , Julien Febreau
Type d'article Actualités