Rallycross - Petter Solberg roi du Québec

Jean-Michel Le Roy, Trois-Rivière - Pour une première réussie, ce fut une première réussie

Jean-Michel Le Roy, Trois-Rivière - Pour une première réussie, ce fut une première réussie. Plus de 30 000 personnes sont venues en effet sur l'autodrome de Trois-Rivière, entre Québec et Montréal, à l'occasion de la manche canadienne du FIA RX, le Championnat du Monde de Rallycross. Contracté en une seule journée et mettant en piste 19 voitures en Supercars et neuf en RX Lites, il n'y avait peut-être pas la quantité mais la qualité était au rendez-vous.

Les ''cadors'' mondiaux n'avaient en effet pas manqué de franchir l'Atlantique, grand bien leur pris puisque cette journée restera marquée dans les annales de la discipline, puisque c'est en effet la première fois que la FIA organisait une manche de son championnat sur le continent nord-américain. Dominic Fugère et toute son équipe sont passés par de rudes moments, ils n'ont reçu l'agrément d'homologation du circuit que le matin de l'épreuve à 7 heures du matin.

Depuis le début de cette semaine sur les bords du Saint-Laurent, Petter Solberg a passé de longs moments au bord du circuit. Il a vite compris que cette épreuve ne serait pas comme les autres. De la haute vitesse avec une longue portion du circuit désormais dévolu aux NASCAR, des ''jumps'' impressionnants, des rangées de blocs de bétons très "US", c'est tout l'environnement habituel du rallycross européen qui était changé. Pourtant, pour Peter, ça démarra mal puisque dès la première séance d'essais, il cassa un amortisseur. "Ça a été peut-être un mal pour un bien... après j'ai évité de trop sauter", confiait d'ailleurs le pilote norvégien après une série de brillantes démonstrations de la gestion intelligente de la course. Pendant qu'Isachsen, Timerzyanov ou même Villeneuve voyaient sérieusement leurs chances diminuer, Solberg lui travaillait à rendre étonnamment homogène sa DS3.

Pour les plus anciens, cela ressemblait même aux réglages de la fin des années 90 : de la souplesse, de la souplesse et de la souplesse. Faisant curieusement le choix de perdre un peu de temps sur les portions asphaltes, pourtant fort importantes à Trois-Rivières, il s'est attaché à passer sans encombre les trois bosses un peu ardues qui émaillaient la portion terre du tracé. Bien lui en prit puisqu'il sorti indemne des qualifications et de sa demi-finale. Impeccable lors du départ de la finale, il n'était jamais inquiété. Carton plein donc et Solberg peut désormais lorgner avec lucidité vers un titre mondial.

Derrière, au prix d'un bel effort de gestion lui aussi, Timerzynaov revient du diable Vauvert pour terminer sur les talon de Marklund, l'officiel Volkswagen.

Un bon, un beau moment de sport qui naturellement appellera d'autres éditions. En tous cas, nos amis québécois ont été conquis et sont prêts à renouveler la bail avec le rallycross mondial.

Le classement :
01. Petter Solberg (Citroën)
02. Anton Marklund (Volkswagen)
03. Timur Timerzyanov (Peugeot)
04. Reinis Nitiss (Ford)
05. Toomas Heikkinen (Volkswagen)

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Petter Solberg , Toomas Heikkinen , Timur Timerzyanov , Anton Marklund , Reinis Nitiss
Type d'article Actualités