La F1 cherche une solution au manque de visibilité sous la pluie

Les dirigeants de la Formule 1 et la FIA cherchent une solution au problème causé par le manque de visibilité en cas de pluie, rendant difficile la bonne tenue d'une course.

Un triste record a été battu cette année, celui du Grand Prix le plus court de l'Histoire. Les fortes averses du Grand Prix de Belgique avaient provoqué une longue période de drapeau rouge avant qu'une tentative de départ ne soit donnée quelques heures plus tard. Mais en raison d'une visibilité réduite, due aux énormes gerbes d'eau soulevées par les monoplaces, la direction de course a mis un terme à l'épreuve au bout de deux tours effectués sous régime de voiture de sécurité.

Depuis lors, la F1 se creuse la tête pour qu'un tel scénario ne se reproduise plus. Ainsi, Pat Symonds, l'un des responsables du package aérodynamique qui entrera en vigueur en 2022, étudie actuellement l'impact du futur Règlement Technique sur les projections d'eau. Et selon Ross Brawn, directeur sportif de la F1, ces recherches incluent les voitures aux roues couvertes également.

"En matière de pluie, un travail assez intéressant sur les projections et la visibilité commence à se faire", a indiqué Brawn. "Lors des dernières courses, Pat Symonds et quelques personnes de la FIA se sont entretenus avec certains pilotes, en particulier ceux qui ont couru avec d'autres voitures, au sujet de leurs expériences à Spa et en général."

"Cela a été très intéressant avec Fernando [Alonso] car il a expliqué qu'il était bien plus facile de courir sous la pluie dans une voiture d'Endurance que dans une F1. À certains égards, on pourrait penser que ce serait plus difficile avec un pare-brise, des essuie-glaces et tout le reste mais, selon [Alonso], la manière dont la voiture rejette l'eau est différente."

Brawn a également précisé que le package aérodynamique de 2022 pourrait réduire les projections : "Nous allons étudier les projections des nouvelles voitures. Nous pensons que [la situation] pourrait légèrement s'améliorer. Mais nous allons clairement nous pencher là-dessus pour voir ce qui peut être changé."

"Les deux plus gros problèmes sur le mouillé sont la visibilité et l'aquaplaning. L'aquaplaning est un défi pour les pneus et, à partir d'un certain point, on ne peut pas résoudre le problème. Mais nous pouvons certainement améliorer la visibilité, c'est sur notre liste. C'est une chose que nous examinons et sur laquelle nous pouvons avoir une influence pour l'améliorer."

Lire aussi :

partages
commentaires
Masi : Le GP de Miami "loin d'être une course sur un parking"
Article précédent

Masi : Le GP de Miami "loin d'être une course sur un parking"

Article suivant

Les conditions pour que Porsche arrive en F1 "se concrétisent"

Les conditions pour que Porsche arrive en F1 "se concrétisent"
Charger les commentaires