Red Bull : 50 chevaux de plus auraient changé la saison 2018

partages
commentaires
Red Bull : 50 chevaux de plus auraient changé la saison 2018
Scott Mitchell
Par : Scott Mitchell
8 déc. 2018 à 16:45

Le directeur de l'écurie Red Bull, Christian Horner, croit que la saison 2018 de Formule 1 aurait été "assez différente" si ses voitures avaient eu 50 chevaux de puissance en plus.

Max Verstappen et Daniel Ricciardo ont remporté deux courses chacun en 2018 et le Néerlandais a inscrit plus de points que quiconque, à l'exception du Champion du monde Lewis Hamilton, après la trêve estivale et aurait dû signer la victoire au Brésil.

Red Bull passera à des moteurs Honda l'année prochaine, à la poursuite de la puissance et de la fiabilité nécessaires à la lutte pour les titres mondiaux pour la première fois dans l'ère V6 turbo-hybride.

Interrogé par Motorsport.com sur ce qu'il faudrait pour que Red Bull maintienne sa dynamique de fin de saison 2018 en 2019, Horner de répondre : "C'est toujours facile avec des si et des peut-être, mais si nous avions 40 kW de plus [environ 53 chevaux] à l'arrière de la voiture, la saison aurait pu être assez différente."

Lire aussi :

"Chapeau à tout le monde du côté de Milton Keynes pour avoir produit sans doute un de nos meilleurs châssis. Quand on regarde les autres utilisateurs du même moteur [l'écurie d'usine Renault et McLaren], il y a un monde de différence."

Red Bull a utilisé l'ultime spécification moteur de Renault lors des dernières épreuves de la saison mais a assuré que la dernière version de l'unité de puissance Honda, introduite en fin d'année également, avait permis au constructeur japonais de passer devant dans la hiérarchie.

Quand il lui est demandé ce qu'il arriverait en 2019 si la saison débutait avec les quatre motoristes au même niveau qu'aujourd'hui, Horner lance : "Nous serions certainement bien plus proches. Nous voyons et entendons ce qu'il y a dans les tuyaux également ; les morceaux de papier sont une chose, mais le chronomètre ne ment jamais."

Honda a fini l'année sur une note négative, Pierre Gasly souffrant de défaillances en qualifications et en course à Yas Marina. Il semble que le problème rencontré par le Français en course soit lié à une fuite d'huile, mais il s'agissait du premier abandon causé par le moteur depuis la manche inaugurale de la saison en Australie, ce dernier semblant avoir été entraîné à l'époque par le fait que le motoriste a dû utiliser un MGU-H de 2017.

Lire aussi :

Brendon Hartley a lui dû abandonner lors du GP de Grande-Bretagne après une reconstruction à la hâte qui n'a pas été accomplie à temps et, après avoir manqué le départ, Honda a repéré une anomalie sur les données dans son tour de sortie.

Horner a déclaré ne pas être inquiété par les problèmes de Honda à Abu Dhabi car "la trajectoire va dans le bon sens". Le Britannique de suggérer que les multiples soucis rencontrés par Red Bull avec Renault font qu'il n'y aurait pas besoin d'une fiabilité à toute épreuve de la part du constructeur nippon pour qu'il s'agisse d'une amélioration.

"La fiabilité n'est pas quelque chose que nous avons. Nous avons eu 11 ou 12 abandons cette année. C'est notre plus gros talon d'Achille. Si nous pouvons avoir la puissance et la fiabilité [des grosses écuries]... Lewis Hamilton a abandonné une fois cette année, même chose avec Sebastian [Vettel]. C'est le niveau que nous devons atteindre."

Article suivant
Félix da Costa : "Red Bull a-t-il gâché ma carrière ? Pas du tout !"

Article précédent

Félix da Costa : "Red Bull a-t-il gâché ma carrière ? Pas du tout !"

Article suivant

Rétro 1971 - La Lotus 56B à turbine à combustion !

Rétro 1971 - La Lotus 56B à turbine à combustion !
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Scott Mitchell