Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola
Dossier

Les analyses techniques F1 de Giorgio Piola

L'approche extrême de Red Bull avec ses ailerons

partages
commentaires
L'approche extrême de Red Bull avec ses ailerons
Par : Giorgio Piola
Co-auteur: Matt Somerfield
16 juil. 2018 à 15:58

Le déficit de longue date dont souffre Red Bull en matière de puissance par rapport à Mercedes et Ferrari a souvent forcé l'écurie à être agressive avec ses réglages d'aileron, afin de ne pas perdre trop de temps en ligne droite.

L'équipe a souvent affiné ses ailerons jusqu'à l'extrême, et Max Verstappen et Daniel Ricciardo ont fréquemment testé des niveaux de charge très différents pour essayer de découvrir le réglage le plus performant.

Les caractéristiques de Silverstone, circuit à haute vitesse, avec des virages se passant pied au plancher et considérés comme des lignes droites, ont poussé Red Bull à repousser les limites. 

Mercedes et Ferrari ont roulé avec des ailerons arrière réduisant la traînée comme à Bakou, ce qui a contraint Red Bull à s'orienter vers un angle d'inclinaison encore plus réduit.  

Lewis Hamilton, Mercedes-AMG F1 W09

La photo ci-dessus, prise lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, donne une indication de l'angle faible utilisé par Red Bull par rapport à Ferrari et Mercedes.

Une approche différente

Néanmoins, lors de ce Grand Prix, Red Bull a fait quelque chose d'encore plus inhabituel : Ricciardo et Verstappen ont utilisé des ailerons avant au design totalement différent pour identifier quelle était la voie à suivre.

L'aileron avant de la Red Bull Racing RB14 de Max Verstappen
L'aileron avant de la Red Bull Racing RB14 de Max Verstappen

Photo de : Giorgio Piola

Verstappen avait un aileron que l'on a déjà vu cette saison, utilisé lorsque l'équipe avait besoin de réduire l'appui aérodynamique, et dont la dernière apparition remontait à Montréal. 

Cet aileron est doté d'une zone de flaps modifiée, prenant beaucoup moins de place que ce qu'il est possible de faire (flèche ci-dessus), afin de réduire l'appui aérodynamique et d'aligner ainsi l'équilibre aéro avec ce qui se passe à l'arrière de la voiture. 

C'est une approche que Red Bull a fréquemment employée, mais il est bien plus difficile pour l'écurie de trouver des gains de performance avec sur un circuit à haute vitesse où Mercedes et Ferrari commencent eux aussi à réduire les niveaux d'appui. 

L'aileron avant de la Red Bull Racing RB14 de Daniel Ricciardo en Grande-Bretagne
L'aileron avant de la Red Bull Racing RB14 de Daniel Ricciardo en Grande-Bretagne

Photo de : Giorgio Piola

Ricciardo est allé un peu plus loin que Verstappen avec son aileron avant, puisque l'Australien a opté pour un élément assorti d'une configuration des flaps encore plus agressive. 

Durant la première séance d'essais libres du vendredi matin, il a débuté avec une réglette (flap Gurney) fixée sur le bord de fuite du flap supérieur, alors qu'il cherchait à équilibrer la voiture à travers les nombreux virages à haute vitesse. 

Il a toutefois sacrifié cet équilibre et ce petit supplément d'appui aérodynamique pour les qualifications et la course, afin de gagner un peu de vitesse de pointe, en retirant cette réglette. 

Malheureusement, le déficit de puissance des Red Bull était trop important pour que les seules qualités de son châssis permettent de récupérer le temps perdu en ligne droite. 

Article suivant
Sirotkin : Williams progresse... mais ça ne se voit pas

Article précédent

Sirotkin : Williams progresse... mais ça ne se voit pas

Article suivant

Webber : Rester chez Red Bull, la meilleure option pour Ricciardo

Webber : Rester chez Red Bull, la meilleure option pour Ricciardo
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP de Grande-Bretagne
Lieu Silverstone
Auteur Giorgio Piola