Formule 1 GP de Miami

Red Bull a un nouvel argument contre l'arrivée d'une 11e écurie

Christian Horner estime que la place dans le paddock de plusieurs circuits pourrait être un frein à l'arrivée d'une nouvelle écurie en Formule 1.

L'hospitalité Red Bull

L'appel à candidatures lancé par la FIA pour faire entrer une ou deux nouvelles écuries en Formule  1 fait beaucoup parler pour l'aspect économique. Il y a toutefois un autre aspect, logistique cette fois, qui ne devrait pas être négligé. Selon Christian Horner, de nombreux circuits pourraient manquer de place suffisante ou d'infrastructures si la grille accueillait à l'avenir 11 ou 12 écuries, comme le prévoit la réglementation.

Les futures équipes candidates ont jusqu'au 15 mai pour déposer leur dossier auprès de la FIA, avec une perspective d'entrée en F1 entre 2025 et 2027 si le processus leur permet d'aller au bout. L'arrivée d'un nouveau concurrent n'est pas forcément vue d'un bon œil par les écuries existantes, qui devraient alors revoir le partage du gâteau des retombées financières. Et voilà que chez Red Bull, on oppose donc un nouvel argument.

"Avec la manière dont la Formule 1 s'est développée, si l'on regarde la pitlane, par exemple ici [à Miami] ou quelque part comme Monaco ou Zandvoort, ou sur certains circuits où nous allons courir, où serions-nous en mesure d'accueillir une onzième écurie ?", s'est interrogé Christian Horner le week-end dernier à Miami. "En soi, rien que sur le plan opérationnel, où placer les motorhomes ? Où mettre l'assistance ? Où vont les camions ? Je pense qu'il serait incroyablement difficile d'accueillir une onzième écurie compte tenu de l'évolution actuelle de la F1."

Les partisans de l'arrivée d'une nouvelle écurie sont a priori toujours minoritaires dans le paddock, mais Zak Brown est l'un de ceux qui y sont favorables depuis bien longtemps. Le patron de McLaren insiste toutefois sur la nécessité de sélectionner un candidat capable de montrer patte blanche, et cite la réussite de Haas, structure arrivée en 2016.

"La seule équipe crédible et viable que j'aie vue ces dix dernières années, c'est Haas", plaide-t-il en évoquant les nouveaux projets. "Il faut donc s'assurer que si quelqu'un s'engage, c'est parce qu'il peut vraiment faire ce qu'il faut. D'après mon expérience, et dans diverses formes de sports mécaniques, il y a beaucoup de rêveurs. Ce qu'il ne faut pas, pour le bien de la F1, c'est qu'une équipe arrive, qu'elle sous-estime ce qu'il faut faire, et qu'elle ne soit plus là deux ans plus tard. Chapeau à Haas pour l'engagement qui a été pris et qui continue de l'être. On a besoin de plus d'équipes comme celle-là."

Lire aussi :

Be part of Motorsport community

Join the conversation

Related video

Article précédent Alpine dépassé par Aston : Rossi n'accepte pas "l'excuse des ressources"
Article suivant De nouveau au Grade 1, Shanghai se prépare au retour de la F1

Top Comments

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Sign up for free

  • Get quick access to your favorite articles

  • Manage alerts on breaking news and favorite drivers

  • Make your voice heard with article commenting.

Motorsport prime

Discover premium content
S'abonner

Edition

Suisse