Red Bull et Mercedes, une entente impossible

Les espoirs de Red Bull concernant la fourniture d'une unité de puissance par Mercedes dès 2016 semblent proches d'être anéantis, comprend Motorsport.com.

Le management du constructeur dominateur en F1 ces deux dernières années est désormais convaincu qu'une entente de fourniture de Red Bull ne serait pas bonne pour son équipe d'usine Championne du Monde, comme l'a déjà expressément fait savoir Lewis Hamilton à titre plus personnel en début de weekend, à Monza.

Alors que Red Bull considère ses options pour la saison prochaine avec l'espoir d'une solution pouvant permettre au Taureau Rouge de se séparer de Renault, avec qui court encore un contrat d'une saison, les efforts de Milton Keynes s'étaient fortement concentrés ces dernières semaines sur la possibilité de passer chez Mercedes dès l'an prochain. Une requête écoutée attentivement par Toto Wolff, qui admettait regarder ce qui avait également du sens pour le sport dans son ensemble, sous-entendant que l'avenir de Red Bull en F1 pouvait en dépendre. L'espoir de Red Bull consistait ainsi à convaincre le board de Mercedes du bienfondé d'une telle association. Mais à l'évidence, "fournir Red Bull serait comme fournir Ferrari, et nous n'avons pas besoin de cela".

 

Le Président contre une association Red Bull / Mercedes Benz

Dieter Zetsche, Président de Daimler (propriétaire de Mercedes) a lui aussi fait savoir son hostilité à un tel projet, suite à des discussions avec Wolff et Lauda sur le Grand Prix d'Italie, sans pour autant dévoiler si une demande formelle avait réellement été faite par le team de Christian Horner.

"Si l'on juge cela du point de vu de notre équipe, c'est un accord qu'il ne faudrait pas faire", admet Toto Wolff. "Notre auto et nos succès sont le résultat d'un dur labeur et d'un investissement immense de Daimler. Nous avons bâti notre suprématie, tandis qu'il y a actuellement une équipe qui a décidé qu'elle ne souhaite pas demeurer avec ses partenaires. C'est une philosophie différente de la nôtre".

Même si l'Histoire a montré que Mercedes était en mesure de contrôler le niveau d'un partenaire mains néanmoins rival qu'était McLaren l'an dernier en fournissant une unité de puissance aux caractéristiques différentes de celle de l'équipe d'usine (notamment au niveau de l'exploitation des gaz de carburant), le constructeur allemand ne souhaite pas permettre à Red Bull de tirer un avantage significatif en termes de performance grâce à un bloc qui doit garder sa place dans le châssis de plusieurs équipes de milieu de plateau.

La situation d'une fourniture "contrôlée" de Red Bull ne semble pas non plus une alternative séduisante pour Mercedes, qui craint par ricochet un déficit d'image si Red Bull venait à se plaindre du fait de ne pas disposer d'un traitement permettant au team de réellement se battre pour la victoire avec une unité de puissance "au rabais".

 

Ferrari comme bouée de sauvetage?

La seule option pour Red Bull, si un changement doit intervenir dès 2016, semble donc être Ferrari. La marque autrichienne a fait savoir à Renault qu'elle souhaite anticiper d'un an la fin de contrat de fourniture en faisant jouer la carte des performances; une situation qui n'est cependant pas prévue dans l'accord de départ, selon Renault, qui explique que Red Bull ne peut invoquer de clause de sortie liée à la performance sans s'acquitter d'une lourde pénalité financière.

A l'heure où Honda subit déjà une situation de crise avec McLaren et que des poignées de cheveux s'arrachent tant dans le clan anglais que japonais, Red Bull évalue désormais la faisabilité d'un passage chez le motoriste italien, seule option restante. La firme italienne fournit cette année Sauber et Manor, et disposera d'un important partenariat technique avec Haas l'an prochain.

"Le temps commence à presser désormais", admet Christian Horner, qui sait que les préparatifs du châssis 2016 sont rendus très compliqués par le fait de ne savoir à ce jour quelle unité de puissance propulsera le package. "Nous sommes en septembre, et tout le monde a besoin de savoir quels sont les plans de Renault pour le futur. Dans les deux prochaines semaines, nous devrions tous savoir dans quelle position se trouve Renault".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo , Daniil Kvyat
Équipes Red Bull Racing
Type d'article Actualités