Red Bull : La FIA a validé "l'aileron flexible" critiqué par Hamilton

Malgré les commentaires de Lewis Hamilton à l'égard de "l'aileron flexible" à l'arrière de la Red Bull RB16B, l'écurie autrichienne insiste sur le fait que la FIA a validé la conception de l'élément.

Red Bull : La FIA a validé "l'aileron flexible" critiqué par Hamilton

Cette saison, Red Bull est engagé dans une lutte acharnée avec Mercedes pour le titre mondial. Et tous les moyens sont bons pour décrocher les lauriers, tant que ceux-ci sont légaux. Cependant, lors du Grand Prix d'Espagne, Lewis Hamilton a laissé planer le doute sur la légalité de la Red Bull RB16B à la suite des récentes performances de Max Verstappen en qualifications. Selon le Champion du monde en titre, l'écurie au taureau rouge profite de la grande flexibilité de son aileron arrière pour gagner de précieux km/h en ligne droite.

"Les Red Bull sont très rapides dans les lignes droites", avait confié Hamilton dans une interview avec Sky Sports samedi dernier. "Elles ont cet aileron flexible à l'arrière de leur voiture qui leur permet de gagner au moins trois dixièmes. [Max Verstappen et Sergio Pérez] seront donc plus rapides que nous dans les lignes droites [le jour de la course], ce sera difficile de les garder derrière nous. Mais ça ne veut pas dire que ce sera impossible."

Vendredi dernier, dans les deux premières séances d'essais libres du Grand Prix d'Espagne, Red Bull avait monté un aileron arrière à fort appui aérodynamique, potentiellement en prévision de la prochaine manche, dans les rues de Monaco. Le lendemain, l'écurie de Milton Keynes avait opté pour une configuration favorisant la vitesse en ligne droite, comme ce fut le cas lors des premiers Grands Prix de la saison.

Lire aussi :

Comparaison de l'aileron arrière de la Red Bull RB16B entre EL1 et EL2 (en bas) et EL3, qualifications et course (en haut).

Comparaison de l'aileron arrière de la Red Bull RB16B entre EL1 et EL2 (en bas) et EL3, qualifications et course (en haut).

Depuis toujours, les acteurs de la Formule 1 essaient de repousser les limites de la flexibilité aérodynamique, sachant qu'un changement d'angle, aussi faible soit-il, permet d'augmenter la vitesse de pointe en ligne droite. La FIA, qui veille toujours au grain, est bien au courant de cette pratique et a mis en place des tests stricts auxquels les équipes doivent se conformer pour s'assurer de la rigidité de ces éléments.

Selon les révélations de Christian Horner, le directeur de Red Bull s'est entretenu en privé avec Toto Wolff, patron de l'écurie Mercedes, au sujet de l'aileron arrière de la RB16B. Le Britannique a néanmoins rappelé que la FIA n'a relevé aucune infraction et n'a émis aucune critique sur la conception d'un élément suscitant un grand débat ces derniers jours.

"J'ai vu les commentaires", a déclaré Horner en référence aux remarques de Hamilton. "Bien sûr, les voitures sont examinées en détail et il y a de nombreux tests différents à passer. La FIA est satisfaite de la [Red Bull RB16B], elle a passé avec succès tous ces tests, qui sont assez rigoureux. J'ai donc été surpris face à ces commentaires. Mais c'est quelque chose que Toto [Wolff] m'a déjà dit. Je doute que ce soit l'opinion de Lewis, donc cela vient probablement d'ailleurs."

Interrogé à son tour, Wolff s'est montré beaucoup moins loquace que Horner. À la question des inquiétudes de la marque à l'étoile concernant le flirt de Red Bull avec les limites du règlement, l'Autrichien a répondu : "Oui, c'est assez amusant et nous en avons discuté mais... non, je ne ferai pas de commentaire. Désolé."

partages
commentaires

Related video

Billet d'humeur - Les grands frissons du duel
Article précédent

Billet d'humeur - Les grands frissons du duel

Article suivant

Certains échanges radio avec la FIA désormais diffusés

Certains échanges radio avec la FIA désormais diffusés
Charger les commentaires