Red Bull veut le gel des modes moteur entre qualifications et course

Red Bull a appelé la FIA a mettre fin aux "modes fête" en s'assurant que les pilotes de Formule 1 se qualifient et courent avec les mêmes réglages moteur.

L'augmentation significative des performances de Lewis Hamilton pendant la Q3 à Melbourne a mis dans la lumière l'utilisation des modes moteur spéciaux par Mercedes lors des tours qui comptent.

Même si la structure de Brakcley et le Britannique se sont employés à tempérer l'importance de ces réglages dans la pole de Melbourne, Red Bull estime que les circonstances australiennes ont forcé l'Étoile à se dévoiler en utilisant le plein potentiel de son unité de puissance.

"Ils ont été nerveux parce que Bottas s'était accidenté et tout à coup, ils ont mis la pleine puissance", a déclaré Helmut Marko pour Motorsport.com. "Le mode fête, comme nous l'appelons. Ils n'en ont normalement pas besoin ; ils l'ont totalement utilisé et il est évident qu'ils jouent avec nous tous."

"Au début, nous avons été les seuls à nous plaindre, et c'était : 'Red Bull se plaint toujours'. Heureusement, après les qualifications, les autres se sont réveillés et désormais il y a beaucoup de discussions."

"Il y a tellement de choses relativement simples à résoudre, et à rendre plus égales. On pourrait dire qu'il faut faire la course avec le mode avec lequel vous faites les qualifications. Ça serait une solution. Ils pourraient faire ça pour la prochaine course et ensuite ça n'arriverait pas lors de la suivante."

Christian Horner, le directeur de Red Bull Racing, est d'accord sur le fait que geler les modes moteur après les qualifications serait une bonne solution. "On pourrait dire que l'on utilise les mêmes modes moteur pour le week-end", a-t-il expliqué pour Motorsport.com. "C'était une sacrée fête, nous aimerions aller à ce genre de fêtes !"

"On a pu voir ça. En Q1, en Q2, l'année dernière, ils n'ont pris aucun risque, et ensuite ils montaient la puissance en Q3. Évidemment, la marge entre Q2 et Q3 était significative, la piste ne se gomme pas autant."

"En admettant que Max [Verstappen] ait fait une petite erreur, nous aurions dû potentiellement être dans la demi-seconde, probablement ce qu'est l'écart [avec les mêmes modes]. C'est une chose qui devrait être prise en compte, qu'il y a dans les faits un parc fermé, que du moment où vous quittez le garage pour les qualifications, c'est votre mode moteur pour les qualifications et la course. C'est à la FIA de décider, c'est à eux de décider ce qu'ils veulent faire."

La FIA n'a pas prévu d'intervenir

Plus tôt cette année, une Directive technique publiée par la FIA a remis l'attention sur ces questions en insistant sur le fait que les écuries clientes devaient bénéficier des mêmes modes moteur que les structure d'usine.

Cette décision a été encouragée par un lobbying informel de certaines équipes, mais la FIA a indiqué qu'elle ne s'impliquerait pas à moins de recevoir une plainte de la part d'un client.

"Certaines équipes suggéraient qu'elles n'avaient peut-être pas d'unités de puissance égales", a déclaré Charlie Whiting, directeur de course de la FIA, à Motorsport.com. "Quel que soit le 'mode fête', je ne l'ai pas vu écrit dans le moindre document technique !"

"Résumons les choses comment ça : si les clients de Mercedes viennent vers nous et disent : 'Nous avons demandé le mode fête et nous ne l'avons pas', alors nous aurions peut-être quelque chose à dire à ce sujet."

Quand il lui a été demandé si l'imposition de restrictions à partir des qualifications pourrait fonctionner, il a ajouté : "Il y a toute sorte de modes sur ces moteurs, et donc savons très bien qu'ils changent à différents moments durant la course."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing , Mercedes , Renault F1 Team
Type d'article Actualités