Red Bull cherche des raisons à sa méforme de Silverstone

Red Bull a exprimé son besoin de comprendre pourquoi la RB13 n'était pas en mesure de suivre le rythme des Mercedes et des Ferrari à Silverstone, une semaine à peine après les progrès très encourageants qui avaient été affichés en Autriche.

Red Bull cherche des raisons à sa méforme de Silverstone
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Les muret des stands Red Bull et Ferrari
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB13
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H

L'écurie de Milton Keynes était impatiente de disputer le Grand Prix de Grande-Bretagne le week-end dernier, persuadée d'avoir fait un bond en avant précieux avec sa monoplace. C'est ce que lui laissait penser la performance réalisée par Daniel Ricciardo quelques jours plus tôt sur le Red Bull Ring, avec une troisième place décrochée à quelques secondes du vainqueur, Valtteri Bottas.

Malheureusement pour l'équipe autrichienne, ni Daniel Ricciardo ni Max Verstappen n'ont pu constituer une véritable menace pour aller chercher la victoire, et aucun des deux hommes n'a terminé sur le podium. Il est vrai que l'Australien partait du fond de grille après avoir connu une défaillance moteur en qualifications. Quant au Néerlandais, il a opposé une farouche résistance à Sebastian Vettel au moment de lutter pour la troisième place, avant de lâcher prise suite à la bonne stratégie mise en place par Ferrari.

Avec à la clé une quatrième et une cinquième place, Red Bull a fait une bonne opération comptable mais veut à tout prix comprendre le recul subi à Silverstone, surtout avant de se rendre sur le Hungaroring, annoncé comme un terrain de jeu bien plus propice pour la RB13. "Je pense que nous avons senti que nous étions un peu éteints", reconnaît le directeur d'équipe Christian Horner. "Je ne suis pas certain que nous ayons tiré le maximum de la voiture ce week-end. Nous avons eu un peu de mal dans les virages à basse vitesse, donc il y a des choses à analyser à comprendre."

L'une des explications pourrait toutefois se trouver dans la nature du circuit britannique, combinée aux nouvelles F1 2017. Le temps passé pied au plancher était bien plus important cette saison sur cette piste, et Red Bull continue de souffrir du déficit de puissance du moteur Renault par rapport à Mercedes et Ferrari. "À Silverstone maintenant, avec cette nouvelle génération de voitures, on est à nouveau 70% du temps avec l'accélérateur à fond sur un tour. Et une fois encore, c'est une comparaison assez douloureuse par rapport à nos rivaux", pointe Horner.

Pour le Grand Prix de Hongrie dans dix jours, Red Bull prévoie l'introduction d'un package très évolué, comme l'a révélé Daniel Ricciardo à Silverstone, le pilote australien évoquant une évolution "significative". Christian Horner a toutefois tenté de relativiser ce développement très attendu, préférant parler de modifications apportées conformément au plan mis en place pour la saison. "Tout cela fait partie de l'évolution", assure-t-il. "Je ne dirais pas que c'est significatif. Je dirais que c'est encore relativement subtil et lié au processus constant pour essayer d'apporter davantage de performance sur la voiture."

partages
commentaires
Cosworth se prépare à revenir en F1 en 2021
Article précédent

Cosworth se prépare à revenir en F1 en 2021

Article suivant

Mercedes et Ferrari rechignent à équiper McLaren pour 2018

Mercedes et Ferrari rechignent à équiper McLaren pour 2018
Charger les commentaires