Red Bull : Être pointés du doigt montre que nous faisons ce qu'il faut

Le directeur de l'écurie Red Bull, Christian Horner, a dû jouer à la fois en attaque et en défense pour son équipe de Formule 1 cette année.

Avec une RB16B à la combinaison châssis-moteur nettement améliorée par rapport à l'année dernière, Red Bull Racing est en lutte avec Mercedes et place le constructeur allemand face à l'une de ses plus grands défis dans la course au titre depuis le début de l'ère turbo hybride. Mais tout n'a pas été simple pour le géant des boissons énergisantes, qui s'est retrouvé en butte à une avalanche de manœuvres politiques et à un certain nombre de directives techniques de la FIA.

Par moments, on aurait pu pardonner à Red Bull d'avoir l'impression d'être attaqué de manière soutenue. Mais pour Christian Horner, cela prouve simplement que son équipe fait bien son travail en mettant la pression sur son rival. "Ils y ont consacré beaucoup d'énergie, plus que ce à quoi on pouvait s'attendre", explique-t-il à Motorsport.com à propos du lobbying intense de Mercedes. "C'était une stratégie claire. Mais je pense que cela montre simplement qu'ils nous considèrent comme une menace. Et je pense que vous faites quelque chose de bien quand les gens commencent à vous pointer du doigt."

Lire aussi :

Quels que soient les problèmes auxquels il a fallu faire face dans le paddock, la compétition a été incroyablement serrée entre Red Bull et Mercedes. Avec six victoires au total contre quatre pour Mercedes, la bataille pour le titre a basculé dans les deux sens, le constructeur allemand tenant actuellement les rênes après des accidents coûteux à Silverstone et en Hongrie, où Red Bull semblait avait une voiture pour gagner.

Difficile de définir avec précision dans quelle mesure l'écart de performance entre les deux meilleures équipes de F1 en 2021 est dû au fait que Mercedes a été freiné par les nouvelles règles aérodynamiques et dans quelle mesure Red Bull a fait de réels progrès. Il est clair, cependant, que Red Bull a progressé après une saison 2020 où elle n'a jamais vraiment trouvé le juste milieu avec la RB16.

Pour Horner, ces progrès sont l'aboutissement de plusieurs facteurs. Tout d'abord, le fait que l'équipe ait maîtrisé les problèmes de corrélation qui l'avaient affectée en 2020 avant la fin de la campagne, ce qui signifie qu'elle ne cherchait pas à résoudre ces soucis au moment d'entrer dans l'intersaison. De plus, avec les règles d'homologation qui imposent un maintien des châssis, avoir confiance dans la voiture avant l'hiver était un énorme avantage.

"Nous avons évidemment bénéficié d'un certain degré de continuité avec les pièces conservées [entre 2020 et 2021]", ajoute Horner. "Et je pense que le fait que la corrélation ait été rétablie, que nous ayons compris où étaient nos problèmes et que nous ayons pu les résoudre, a été un élément clé, en tout cas pour les six premiers mois de l'année."

Les nouvelles règles aérodynamiques de cette année ont également joué un rôle, en handicapant les voitures à faible inclinaison comme les Mercedes et les Aston Martin beaucoup plus que les voitures à forte inclinaison. Mais Horner assure qu'il n'a jamais été acquis que les choses se passeraient ainsi. "Nous étions en fait préoccupés par le fait que les règles pouvaient avoir un effet important sur les voitures à forte inclinaison."

Le fait que Honda, dans le sillage de sa décision de se retirer de la F1, ait avancé son bloc moteur plus puissant et mieux packagé, qui n'était initialement prévu que pour 2022, a également joué un rôle. "Je pense que c'est une combinaison de choses : nous avons réussi à comprendre certains de nos problèmes, nous avons réussi à en résoudre un grand nombre et à créer un ensemble plus abouti. Je pense que, combiné au fait que Honda a avancé son moteur qui était initialement prévu pour 2022, pour sa dernière saison en Formule 1, ce qui a été un effort herculéen de leur part, cela a permis de tout mettre en place."

La situation de Honda est également particulièrement intrigante car, à en juger par les faibles écarts entre Red Bull et Mercedes, il n'est pas impossible de suggérer que sans le moteur amélioré, les choses auraient pu être très différentes.

Interrogé sur l'importance pour la structure autrichienne qu'Honda lui ait fourni cette unité de puissance cette saison plutôt que de s'en remettre à ce qu'elle avait en 2020, Horner a répondu : "Je pense que du point de vue de l'intégration, de l'utilisation de l'énergie et des ratios qui sont les leurs, je pense qu'ils [Honda] ont fait du bon travail. Et je pense que Mercedes a légèrement compromis ce ratio cette année."

Ce qui est différent pour Red Bull cette saison, par rapport à la majeure partie de l'ère turbo hybride, c'est qu'elle gagne des courses sur la base du rythme pur. Le temps est révolu où le seul espoir de victoire de l'équipe résidait dans les caractéristiques uniques de telle ou telle piste ou dans un pari stratégique. Désormais, il y a des courses où elle est tout simplement la plus rapide. "Nous avons réussi à remporter six courses cette année, ce qui est un chiffre phénoménal, plus que ce que nous avons gagné ces deux dernières années, et je pense qu'être dans cette lutte pour le championnat est excitant pour tout le monde."

"Cela fait sept longues années que nous jouons les seconds rôles. Nous avons réussi à remporter des courses en faisant preuve d'une grande finesse tactique et en restant vigilants, mais nous n'avons pas été capables de mener une campagne sur la durée. Maintenant, nous avons les outils pour le faire, nous avons un châssis qui est extrêmement efficace, nous avons un moteur qui est performant, et nous avons un pilote qui est au sommet de son art et expérimenté."

Les leçons des Grands Prix de Grande-Bretagne et de Hongrie sont la preuve par excellence qu'il ne faut rien prendre pour acquis dans la lutte pour le titre. Mais pour Horner, une chose est sûre : Red Bull doit impérativement élever son niveau de jeu au cours de la seconde moitié de la saison. "Nous devons juste faire mieux que lors de la première partie ! Nous devons simplement continuer à faire ce que nous faisons."

"Il va y avoir des défis sur la piste et en dehors. Mais nous devons simplement continuer à adopter l'approche qui est la nôtre en essais, en qualifications et en course. Mais inévitablement, dès que vous arrivez vers la fin du championnat, les enjeux sont plus importants. Pour l'instant, vous avancez et vous cochez les épreuves les unes après les autres. Mais plus vous vous rapprochez de la fin, plus la pression augmente..."

Si la première moitié du championnat de F1 2021 a été rude, il est clair qu'Horner pense que les choses vont aller en s'accélérant à partir de maintenant.

partages
commentaires
Aston Martin : Vettel "nous a fait progresser"

Article précédent

Aston Martin : Vettel "nous a fait progresser"

Article suivant

Comment le nouveau vainqueur en F1 a conquis Alpine

Comment le nouveau vainqueur en F1 a conquis Alpine
Charger les commentaires