Formule 1
19 sept.
-
22 sept.
Événement terminé
26 sept.
-
29 sept.
Événement terminé
10 oct.
-
13 oct.
Événement terminé
24 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
14 nov.
-
17 nov.
EL1 dans
18 Heures
:
13 Minutes
:
50 Secondes
C
GP d'Abu Dhabi
28 nov.
-
01 déc.
EL1 dans
14 jours

Red Bull n'exclut pas de quitter la F1 pour Le Mans

partages
commentaires
Red Bull n'exclut pas de quitter la F1 pour Le Mans
Par :
26 déc. 2018 à 10:16

Red Bull pourrait viser la victoire aux 24 Heures du Mans avec une hypercar basée sur l'Aston Martin Valkyrie s'il n'y a pas d'avenir viable qui se présente en Formule 1 après 2020.

Le géant de la boisson énergisante a racheté Jaguar en 2005 pour s'engager en Formule 1, jusqu'à en devenir une écurie dominatrice sur la période 2010-2013 avec quatre titre mondiaux consécutifs. Le début de l'ère hybride a mis fin à cette hégémonie en 2014, mais l'équipe de Milton Keynes reste un top team capable de décrocher des victoires. L'an prochain, la structure ouvrira une nouvelle page de son histoire avec la motorisation Honda, dans l'espoir de retrouver les sommets au plus vite. 

Dans le même temps, l'échéance de la fin de saison 2020 approche à grands pas. Elle correspond à la dernière année durant laquelle les actuels Accords Concorde seront en vigueur, et Liberty Media travaille activement pour sceller une nouvelle entente avec les équipes du plateau à partir de 2021. 

Lire aussi :

Pour Red Bull, la donne est claire : pas question de se trouver dans la position de redevenir un jour une écurie cliente (par opposition à l'accord d'usine signé avec Honda), ni même d'être pieds et poings liés par un changement réglementaire qui ne lui conviendrait pas. Car d'autres options existeraient pour aller briller ailleurs. 

"Nous avons un accord jusqu'en 2020", rappelle à Motorsport.com Helmut Marko, conseiller spécial de Red Bull. "Tant qu'il n'y a pas de réglementation moteur [entérinée] et pas d'Accords Concorde, ni Red Bull ni Honda ne prendra de décision. Cependant, nous ne redeviendrons certainement pas une équipe indépendante, comme nous l'avons été par le passé, lorsque nous suppliions les autres et que les promesses n'étaient pas tenues."

L'accord établi entre Red Bull et Honda porte sur les saisons 2019 et 2020, au-delà desquelles l'incertitude règne pour le moment. Et si la mayonnaise ne prend pas avec le motoriste japonais, il pourrait ne plus y avoir d'autre issue que celle d'un retrait de la Formule 1.

"Arrêter est une option", prévient Helmut Marko. "Ou faire quelque chose d'autre, dans d'autres championnats. Avec la Valkyrie, Le Mans pourrait être une option avec la réglementation Hypercar. Nous sommes allés jusqu'au bout, et c'est un succès sensationnel. Les voitures ont toutes été vendues immédiatement. C'est un autre pilier important pour Red Bull Technologies."

En cas de plafonnement des budgets...

Max Verstappen, Red Bull Racing RB14

Red Bull a en effet participé activement au développement de l'Aston Marton Valkyrie. Son directeur technique, Adrian Newey, a joué un rôle clé dans ce projet d'hypercar dédiée à la route, pour laquelle une version piste a également déjà été produite. Si la compagnie autrichienne pourrait envisager de tenter le coup au Mans après 2020 en cas de départ de la Formule 1, il existe également une possibilité qui consisterait à mener les deux programmes de front, en fonction de la manière dont Liberty Media parviendra à maîtriser les coûts dans la catégorie reine. 

"S'il y avait des plafonds budgétaires en Formule 1, nous devrions nous séparer de certaines personnes", explique Helmut Marko. "Nous ne le souhaitons pas vraiment. Nous pourrions recourir à eux pour de tels projets [comme Le Mans]. Il semble que l'on puisse courir en WEC à un coût raisonnable avec la base de notre Valkyrie."

"Même si Red Bull n'est jamais allé aux 24 Heures du Mans, c'est quelque chose à quoi nous pensons. Le principal effort financier pèserait sur Aston Martin, ce qui est également très clair, car au Mans, ce sont les constructeurs qui gagnent. Mais ça conviendrait à notre concept."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll  

Article suivant
Bilan 2018 - Magnussen, ange et démon

Article précédent

Bilan 2018 - Magnussen, ange et démon

Article suivant

Wolff : Tout pilote doit justifier qu'il mérite sa place

Wolff : Tout pilote doit justifier qu'il mérite sa place
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , 24 heures du Mans
Équipes Red Bull Racing Boutique
Auteur Basile Davoine