Red Bull satisfait du capital de points, Ricciardo "déçu"

Daniel Ricciardo ne partageait pas l'enthousiasme de son patron Christian Horner à l'arrivée du Grand Prix de France, avoir s'être fait ravir une troisième place synonyme de podium par la Ferrari de Räikkönen en fin de course.

En concluant le Grand Prix de France avec 30 points ce dimanche, Red Bull Racing ne concède qu'une unité à Mercedes et en reprend cinq à Ferrari. Sur les quatre dernières épreuves en date, Mercedes a emmagasiné 127 points, contre 109 à Red Bull et 100 à Ferrari.

Red Bull ne disposait pas d'un rythme permettant de prétendre à la victoire ce week-end, mais comme l'avait annoncé Christian Horner après les qualifications, il était attendu que l'on ne revoie plus Mercedes en course après le premier relais. Les aléas du départ ayant impliqué Sebastian Vettel et Valtteri Bottas ont tissé une nouvelle physionomie de course permettant à Max Verstappen de terminer à la seconde position, tandis que Daniel Ricciardo, quatrième, a dû céder à la remontée de Kimi Räikkönen dans les ultimes boucles en raison de pneus tendres plus usés de six tours que ceux du pilote Ferrari.

"C'est un nouveau week-end propre [pour Verstappen] : il a évité le chaos au premier virage, puis fait une course propre", commente Horner. "Dommage pour Daniel, il y avait des soucis sur les deux flaps supérieurs de son aileron avant après une vingtaine de tours. C'est un bon total de points pour l'équipe. Cela aurait été bien d'avoir les deux sur le podium."

Légitimement, Ricciardo, parti cinquième sur la grille de départ, aurait aimé rallier l'arrivée deux positions plus haut après avoir vu autant de rivaux se neutraliser au premier virage. Mais c'est Räikkönen qui a finalement tiré les marrons du feu, avec une auto réglée avec moins d'appui aérodynamique, lorsque l'Australien, doté de plus d'aileron, espérait par ailleurs des averses depuis samedi.

"Déçu", résume celui qui a pourtant repris la troisième place du championnat provisoire à Valtteri Bottas dimanche. "On avait un bon rythme à la fin du premier relais. Nous rattrapions Max et nous nous détachions par rapport à Kimi. Quand je me suis arrêté, on m'a dit qu'il y avait des dégâts sur l'aileron avant, je ne sais pas si c'est une casse ou des débris. Les deux côtés ont apparemment cassé et donc j'étais lent et j'avais beaucoup moins d'appui ainsi que du sous-virage. Kimi allait toujours nous rattraper avec ce rythme, mais les drapeaux bleus n'ont pas aidé", de conclure celui qui aura en effet pu pester contre le blocage coûteux opéré par Lance Stroll en fin de course.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de France
Circuit Circuit Paul Ricard
Pilotes Daniel Ricciardo , Max Verstappen
Type d'article Réactions