Red Bull, un taureau à bout de souffle à domicile

partages
Red Bull, un taureau à bout de souffle à domicile
Par : Basile Davoine
22 juin 2015 à 16:03

Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniil Kvyat, Red Bull Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11

Le week-end de calvaire s'est soldé avec un unique point au compteur pour Red Bull Racing en Autriche. Parti de loin et pénalisé de 5 secondes en course pour purger la totalité de sa sanction suite à un changement de moteur, Daniel Ricciardo a dû fournir beaucoup d'efforts pour entrer dans le Top 10.

Les multiples abandons ont permis à l'Australien de remonter, sur un tracé où dépasser n'était pas évident pour une monoplace équipée du V6 Renault. L'équilibre général de la RB11 lui a toutefois donné satisfaction, tout comme son comportement avec les pneus supertendres.

Kvyat n'a rien pu faire

15e sur la grille de départ, Daniil Kvyat représentait pour sa part les meilleures chances de Red Bull à l'extinction des feux, mais la course du Russe s'est rapidement transformée en cauchemar, à cause d'un contact avec l'arrière de la Force India de Sergio Pérez.

"L'aileron avant a été endommagé dans le premier tour, et à partir de là ma course a été énormément compromise", regrette Kvyat, qui a dû basculer sur une stratégie à deux arrêts en passant une première fois au stand dès la fin du premier tour pour changer d'aileron.

"Les dommages sur la carrosserie ont affecté le grip durant toute la course, ce qui rendait la voiture difficile à piloter. Je crois que marquer des points était possible si je n'avais pas eu de dégâts, donc c'est décevant."

Silverstone pour respirer?

Pour Red Bull Racing et Renault, c'est la fin d'un week-end extrêmement difficile, en piste comme en coulisses, avec en toile de fond les déclarations menaçantes de Dietrich Mateschitz et les discussions concernant la motorisation des monoplaces de Milton Keynes à l'avenir.

Dans les rangs de Renault, on ne se démobilise pas et l'Autriche se présentait clairement comme un écueil à franchir dans la douleur avant de pouvoir espérer mieux à Silverstone.

"Les deux pilotes n'ont jamais abandonné et au moins Daniel a pu marquer un point", note Thierry Salvi, représentant de Renault chez Red Bull Racing. "Maintenant, nous avons pris nos pénalités et nous avons la dernière spécification du moteur à combustion sur la voiture. Silverstone devrait mieux nous convenir."

Prochain article Formule 1
Pourquoi ce sont les règles et non les F1 qui déterminent le spectacle

Previous article

Pourquoi ce sont les règles et non les F1 qui déterminent le spectacle

Next article

"Bluff" dans les stands - La FIA va avertir les équipes

"Bluff" dans les stands - La FIA va avertir les équipes