Red Bull passe à la vitesse supérieure avec l'IA

Les écuries de Formule 1 ont pris pour habitude d'utiliser des technologies de pointe pour prendre l'avantage sur leurs rivaux.

Red Bull passe à la vitesse supérieure avec l'IA

Ces dernières années, l'utilisation de l'intelligence artificielle (IA) et de l'apprentissage automatique en Formule 1 s'est démocratisée. Les équipes s'appuient de plus en plus sur les ordinateurs pour déchiffrer les téraflops de données qu'elles accumulent chaque week-end de Grand Prix. Mais maintenant qu'un plafond budgétaire de 145 millions de dollars a été mis en place en catégorie reine, être plus efficace dans le traitement des données est devenu une nécessité.

Il était donc très intéressant d'apprendre que les enjeux du contrat de sponsoring entre Red Bull et Oracle, géant de la technologie informatique, ne concernaient ni l'argent ni de la taille des autocollants sur la RB16B. Au contraire, l'écurie autrichienne et son nouveau partenaire prévoient tous deux de démocratiser l'utilisation de l'IA et de l'apprentissage automatique en Formule 1.

"L'IA et l'apprentissage automatique sont des technologies émergentes", explique Christian Horner, directeur de Red Bull. "Avec la quantité de données que nous générons et simulons, ces deux domaines vont jouer un rôle clé dans notre prise de décision alors que le temps passé en piste se réduit de plus en plus. Avec Oracle, nous comptons sur une entreprise de premier plan. C'est un partenariat phénoménal pour nous et les possibilités pour l'avenir sont immenses."

Mais définir ces possibilités n'est pas à l'ordre du jour. La Formule 1 est une guerre perpétuelle entre les équipes et toute information que Red Bull et Oracle donnent ne fait qu'informer leurs rivaux. Comme le souligne Horner : "Nous ne voulons pas dire à nos concurrents ce que nous faisons !"

"Les données font partie de notre ADN", dit-il. "Nous en générons énormément. Et cela a un impact sur tout ce que nous faisons : l'organisation en course, le développement de la voiture et même l'analyse des pilotes et leur sélection. Elles jouent donc un rôle essentiel. À travers nos départements techniques, et évidemment notre engagement auprès des fans, nous cherchons à en extraire le plus possible."

Lire aussi :

En explorant ces domaines en profondeur, l'IA peut certainement aider à la compréhension et à la planification de la stratégie de course et donner un avantage à Red Bull. Les ordinateurs pourraient également offrir des conseils sur les réglages de la monoplace et même guider les concepteurs lors du développement des améliorations.

De plus, il ne faut pas oublier l'impact du plafonnement des coûts cette année, ce qui signifie que les équipes doivent mettre encore plus l'accent sur l'efficacité au moment de prendre des décisions sur le partage des ressources.

"Avec le manque d'essais, prendre la meilleure décision possible pour développer la voiture de manière rentable est absolument crucial pour nous", ajoute Horner. "Cette année, nous avons eu trois jours d'essais, aucun autre sport n'en compte si peu. La manière dont nous analysons les données est donc cruciale et je pense que c'est pour cette raison que ce partenariat va porter ses fruits."

Concernant le choix du duo de pilotes, il serait possible que le nom du prochain équipier de Max Verstappen ne soit pas décidé par Horner ou Helmut Marko mais par un ordinateur ! Le marketing est également un autre domaine dans lequel l'équipe peut être plus ouverte sur l'utilisation de l'IA afin de se rapprocher des fans.

Plutôt que de lancer des campagnes, d'envoyer massivement des e-mails ou de bombarder les réseaux sociaux, l'écurie a l'opportunité de donner aux fans de F1 ce qu'ils veulent quand ils veulent. L'IA serait capable de mieux comprendre le type de contenu auquel un fan réagit le plus. Il est inutile de proposer des vidéos le soir à un fan préférant consommer tout le contenu le lendemain matin, sur le chemin du travail.

"Avec l'apprentissage automatique et l'IA, nous comprenons beaucoup mieux notre fanbase", explique Oliver Hughes, directeur du marketing de Red Bull. "Auparavant, pour communiquer avec le public sur un marché X ou une démographie Y, nous faisions une segmentation manuelle, des rapports manuels et une pensée manuelle. Aujourd'hui, nous n'avons plus besoin de faire cela."

"Nous pouvons utiliser les outils d'apprentissage automatique pour définir des paramètres qui feront le travail de réflexion à notre place. L'ensemble du processus sera beaucoup moins manuel et beaucoup plus automatisé. Ainsi, vous recevrez les informations quand vous le souhaitez, plutôt que lorsque nous le déciderons."

Que les outils d'IA et d'apprentissage automatique soient utilisés pour améliorer les performances des monoplaces autrichiennes, le fonctionnement de l'équipe, la sélection des pilotes ou les exercices de marketing, du point de vue d'Oracle, il est essentiel que son implication en Formule 1 se résume à une démonstration des capacités de ses produits. C'est pourquoi le succès de Red Bull en piste indiquera si le partenariat a porté ses fruits, et non le nombre de regards braqués sur la voiture.

"Il n'y a pas de promotion sans performance", déclare le directeur du marketing d'Oracle, Ariel Kelman. "L'époque où l'on pouvait tirer un avantage marketing en apposant son logo sur n'importe quoi est révolue. Il faut prouver à nos clients que nous sommes une source d'innovation. Ensuite, nous laissons nos clients raconter les histoires afin que d'autres entreprises puissent s'en inspirer et avoir recours à notre technologie."

partages
commentaires

Related video

La F1 introduit de nouveaux graphiques TV
Article précédent

La F1 introduit de nouveaux graphiques TV

Article suivant

Un casque très coloré pour Giovinazzi à domicile

Un casque très coloré pour Giovinazzi à domicile
Charger les commentaires