Formule 1
02 avr.
-
05 avr.
Événement terminé
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
116 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
123 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
172 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
186 jours

Un prêt d'Etat de 170M€ refusé à McLaren

partages
commentaires
Par :
8 mai 2020 à 14:00

McLaren a sollicité auprès du gouvernement britannique un prêt d'Etat permettant non seulement le maintien de ses activités à un niveau confortable, mais pouvant surtout lui garantir de ne pas créer un cercle vicieux avec le report de lancements de nouvelles autos sur le marché pendant les années à venir.

Il ne faut certes pas confondre les activités F1 et routières de McLaren, mais la nouvelle touche bien évidemment l'ensemble de la structure de Woking. McLaren a vu son dossier de demande de prêt de 150 millions de livres sterling (171 millions d'euros) pour l'accompagner dans la lutte contre la pandémie de coronavirus refusé par le Ministère des affaires, de l'énergie et de la stratégie industrielle britannique.

Lire aussi :

Le groupe automobile anglais, dont l'activité se concentre autour de la vente de supercars, a été informé en début de semaine du rejet de sa demande, qui avait été faite auprès du ministère, comme d'autres grandes sociétés telles Tata Steel ou encore Virgin Atlantic, qui emploient du personnel d'ingénierie fortement qualifié. La raison invoquée serait que McLaren n'a pas suffisamment démontré avoir épuisé ses autres sources possibles de financement. Toutefois, McLaren s'est efforcé d'obtenir des financements supplémentaires pour parer à ce qui s'annonce comme un déclin plus durable. Ce sont en effet au total 300 millions de livres sterling qui sont recherchées par le groupe ; le double de la somme sollicitée au Ministère.

Un secteur en crise

Les ventes de voitures de luxe ont drastiquement baissé du jour au lendemain du fait de la crise traversée actuellement par le monde et qui touche en particulier de plein fouet l'industrie automobile. L'activité relative à l'équipe F1 est par ailleurs une source d'importantes dépenses de recherche et développement, production et salaires, qui opère actuellement à grande perte.

Lire aussi :

McLaren admettait il y a peu, par le biais de son responsable des finances, Paul Buddin, "examiner un certain nombre de sources très crédibles, y compris le gouvernement, et des [investisseurs] tiers" pour maintenir ses comptes à flots et rassurer ses actionnaires. "Comme beaucoup d'autres entreprises britanniques, nous avons été gravement touchés par la pandémie actuelle. Nous sommes donc en dialogue permanent avec nos banques, nos investisseurs et le gouvernement pour nous aider à faire face aux interruptions d'activité à court terme", entendait-on ainsi il y a quelques jours à l'antenne de Sky.

4000 employés et un spectre bien plus large que la F1

La Banque d'Angleterre a mis en garde contre ce qui s'annonce comme une baisse "sans précédent" de l'activité économique britannique, qui s'attendait déjà à une période difficile avec la mise en application du Brexit. C'est la plus forte chute annuelle du PIB depuis 1706 qui y est attendue, avec une baisse d'au moins 14%. McLaren emploie environ 4000 personnes, dont une grande partie a été transférée sur le programme de maintien de l'emploi subventionné par le gouvernement. Les entreprises britanniques peuvent par ailleurs bénéficier d'autres aides financières du gouvernement, comme des reports d'impôts et diverses charges. Pour McLaren, il ne s'agit cependant pas simplement de sauvegarder l'activité sur le court terme, mais de ne pas perdre de temps dans la mise en place des projets de développement de nouveaux modèles routiers, dont les cycles de lancement peuvent prendre plusieurs années, et ainsi risquer de compromettre l'équilibre de la société de manière plus durable.

Les spéculations en cours font état de rumeurs de possible lancement de McLaren sur une cotation en bourse afin de permettre l'élaboration d'un capital élargi. Une telle décision ne se prend cependant pas en un claquement de doigts et la présidence de McLaren pourrait ne pas pouvoir mettre de tel plan en place avant trois ans afin de bien réaliser une telle opération. Une cotation en bourse de McLaren pourrait, selon certains analystes financiers, aboutir sur une capitalisation de plus de deux milliards de livres sterling.

Article suivant
Zandvoort ne veut pas payer pour accueillir la F1 à huis clos

Article précédent

Zandvoort ne veut pas payer pour accueillir la F1 à huis clos

Article suivant

Williams craint que la F1 perde "un grand nombre d'équipes"

Williams craint que la F1 perde "un grand nombre d'équipes"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , Auto
Pilotes Carlos Sainz Jr. Boutique , Lando Norris
Équipes McLaren Boutique
Auteur Guillaume Navarro