Règles aéro : les écuries à faible rake ont alerté les instances en 2020

Le directeur de l'écurie Aston Martin a révélé que les écuries de F1 utilisant la philosophie à faible inclinaison vers l'avant (ou rake) ont alerté les instances sur le risque d'être particulièrement touchées par les changements de règles aéro décidés pour 2021.

Règles aéro : les écuries à faible rake ont alerté les instances en 2020

Alors que les premiers éléments de réponse laissent penser que les nouvelles règles aérodynamiques (qui ont réduit la taille et simplifié le fond plat, tout en modifiant certains éléments des écopes de frein et du diffuseur) ont particulièrement touché les monoplaces à faible inclinaison vers l'avant, Otmar Szafanauer, le directeur d'Aston Martin, a affirmé que cette situation avait été présentée aux instances l'an passé.

En 2020, l'écurie courait sous le nom de Racing Point et avait fait un choix technique radical en copiant le concept de la Mercedes de 2019. Or la structure allemande utilise depuis longtemps une philosophie aéro à faible inclinaison, contrairement à une majorité de monoplaces sur la grille. Aller dans cette direction a permis à Racing Point de faire un pas en avant sur le plan des performances et notamment de l'emporter au GP de Sakhir.

Lire aussi :

Mais dans le cadre du gel partiel des châssis décidé par les instances entre 2020 et 2021, pour contrer les effets de la crise sanitaire, des règles ont été introduites pour réduire l'appui généré par les voitures, initialement dans le but annoncé de soulager les charges subies par les pneus Pirelli datant de 2019. Or, il est désormais clair pour les dirigeants des écuries utilisant une faible inclinaison, au vu des performances affichées au GP de Bahreïn, que c'est bien ce concept qui souffre le plus de ces changements.

"Je ne verse pas dans la théorie du complot", a déclaré Szafnauer. "Mais il a été mis en avant l'an passé par les écuries utilisant la faible inclinaison que cela [les nouvelles règles] aurait un effet plus important que pour les voitures à forte inclinaison. Et nous avions raison. À l'époque où les règles ont été mises en place, cela a été pointé du doigt."

Le dirigeant d'Aston Martin explique aussi que l'idée d'une unanimité derrière les changements est en réalité un mythe. "Non. Premièrement, il n'y a jamais eu de vote [formel]. Deuxièmement, il y a eu un vote à titre indicatif. C'était donc juste au sein du [groupe de travail] technique, où tous les directeurs techniques ont participé à un vote indicatif, et trois écuries ont voté contre."

"Il faut se souvenir que seulement deux équipes ont un concept à faible inclinaison. Donc même l'une des équipes à forte inclinaison a voté contre. On était loin de l'unanimité. Et ça n'aurait même pas passé la règle des huit votes sur 10 [nécessaires parmi les écuries dans le cadre des nouveaux Accords Concorde], car trois avaient voté contre."

Pour rappel, les changements ont été imposés pour des raisons de sécurité, avec comme objectif affiché par les instances le maintien des pneus Pirelli 2019. Or, finalement, si les règles ont bien été introduites, les pneus ont en revanche été remplacés, de sorte qu'il s'agit pour la saison 2021 d'une gamme spécialement créée par Pirelli fin 2020.

Concernant la forme de son équipe, Szafnauer a ajouté : "En conditions de course, nous étions un peu plus compétitifs que sur un seul tour. Mais par rapport au niveau où nous étions il y a quelques mois ici, avant le changement de règles je veux dire, nous avons énormément de travail à faire."

Avec Adam Cooper

partages
commentaires
Le podium est encore loin pour Ferrari

Article précédent

Le podium est encore loin pour Ferrari

Article suivant

Mercedes explique l'arrêt désastreux de Bottas à Bahreïn

Mercedes explique l'arrêt désastreux de Bottas à Bahreïn
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Aston Martin Racing
Auteur Fabien Gaillard