Renault aborde avec confiance le baromètre de Barcelone

Le retour en Europe n’est pas important uniquement pour le développement des monoplaces par les équipes, il l’est tout autant pour Renault, qui continue de travailler d’arrache-pied pour combler le retard pris sur la concurrence en début de saison

Le retour en Europe n’est pas important uniquement pour le développement des monoplaces par les équipes, il l’est tout autant pour Renault, qui continue de travailler d’arrache-pied pour combler le retard pris sur la concurrence en début de saison.

A Barcelone, tout semble réuni pour que le motoriste français puisse faire un bond en avant en matière de performance. D’abord parce qu’une nouvelle étape sera franchie sur le plan technique dans la gestion de l’unité de puissance, mais aussi parce que le tracé barcelonais n’est pas celui qui requiert le plus de puissance. En dépit du gel des performances des moteurs, Renault dispose encore d’une marge de progression dans l’exploitation du bloc propulseur afin d’en tirer davantage.

« Le Grand Prix d’Espagne verra apparaître la deuxième phase de l’évolution des performances débutée en Chine », confirme Rémi Taffin, directeur des activités piste chez Renault. « Les améliorations ne seront pas matériellement visibles, elles seront en revanche significatives au niveau des logiciels qui offriront davantage de souplesse de conduite et donc une progression de la performance globale. Nous avons également continué d’améliorer la gestion et l’efficacité de l’énergie. Grâce à ces nouveautés, nous espérons ainsi poursuivre notre progression à Barcelone. »

« Le tracé en lui-même offre des caractéristiques moyennement exigeantes. Même si nous n’avons pas pu y effectuer la moindre séance d’essais cette saison, la préparation est assez simple et nous ne nous attendons pas à de réelles surprises. Le break de trois semaines entre les Grands Prix de Chine et d’Espagne nous a permis d’effectuer de gros progrès et ce circuit figurant, par sa physionomie, dans la moyenne des pistes qui seront visitées durant la prochaine partie de la saison, nous observerons un resserrement des forces dans la ‘guerre des moteurs’. »

Devenue essentielle cette année avec le nouveau système d’ERS, la récupération d’énergie sera également facilitée par les caractéristiques du circuit de Catalunya.

« A Barcelone, grâce aux virages serrés, tel que le n°10 ou la chicane, il est assez simple de récupérer de l’énergie. Ces deux portions, en particulier, offriront la possibilité au MGU-K de se recharger, tandis que les batteries du MGU-H ne se déchargent pas dans la longue ligne droite des stands. Enfin, avec une variété de vitesses de passages en courbes, la consommation de carburant ne devrait pas poser de problème majeur. »

« Les éléments clés pour une performance optimale seront donc la bonne réponse du groupe propulseur dans les virages rapides, à l’image des numéros 3 et 8, ainsi que la stabilité du train arrière lors des phases de freinages et de rentrées de rapports dans les courbes les plus lentes, telle que la numéro 10. Nous avons beaucoup travaillé sur ces paramètres ces trois dernières semaines et nous nous rendons en Espagne confiants de délivrer de bonnes performances. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités