Renault en F1, un retour qui a pris le temps de se dessiner

Après avoir quitté la F1 à l’issue de la saison 2010, secoué entre autres par l’affaire du Crashgate de Singapour 2008, Renault va faire son grand retour avec sa propre équipe la saison prochaine.

La signature d’une lettre d’intention entre le constructeur français et Lotus F1 vient mettre un terme à de nombreuses semaines d’hésitation. C’est bien avec l’équipe d’Enstone, dont le Losange avait abandonné le contrôle au fond d’investissements de Gérard Lopez, que Renault va relancer ses activités avec son équipe d’usine. 

Après plusieurs années passées à se concentrer sur son rôle de motoriste, avec le succès que l’on sait dans son association avec Red Bull, qui a débouché sur quatre titres mondiaux entre 2010 et 2013, Renault vit une période difficile depuis l’année dernière. L’échec des hommes de Viry-Châtillon à produire un V6 turbo suffisamment performant a mené à une rapide détérioration des relations avec RBR, jusqu’au divorce annoncé pour la fin de l’année. 

Ces dernières semaines, dans l’attente de la décision finale des dirigeants et notamment du PDG Carlos Ghosn, Renault a maintenu l’équipe Lotus à flot. Criblée de dettes, la structure d’Enstone a connu des heures difficiles avec des affaires financières en coulisses qui ont à chaque fois affecté ses week-ends de course : en Hongrie avec un retard de fourniture des pneus Pirelli, en Belgique avec la présence d’huissiers suite à un conflit avec l’ancien pilote essayeur Charles Pic, ou le week-end dernier au Japon, où Bernie Ecclestone a dû lui-même prendre en charge les frais de bouche des mécaniciens du team. 

Ce lundi, Lotus est convoqué devant le HMRC - le fisc britannique -, pour répondre de retards de paiement. Une échéance qui coïncide avec la signature de la lettre d’intention pour le rachat de Lotus par Renault. Lors de l’audience, la menace qui planait sur l’équipe disparaîtra puisque Renault pourra se charger de rassurer grâce à la perspective du rachat, et par conséquent le remboursement des dettes. 

Un compromis avec la FOM

Pour expliquer le temps nécessaire à Renault pour valider sa décision, on sait que les discussions avec la FOM de Bernie Ecclestone ont été décisives. Le constructeur français souhaite en effet bénéficier de revenus commerciaux supérieurs, comme d’autres grandes équipes telles que Red Bull, Williams et Ferrari, à titre d’écurie historique. 

Sur ce point, Renault n’aurait pas obtenu la totalité de ce qui était souhaité, mais Ecclestone aurait fait le pas attendu vers un compromis permettant à Renault d’être rassuré pour son budget à long terme. 

A ce jour, Pastor Maldonado a déjà été confirmé au sein de l’équipe Lotus pour 2016, tandis que Romain Grosjean devrait s’engager avec Haas. Renault va pouvoir travailler sur le recrutement de son deuxième pilote dans les prochaines semaines. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Lotus F1 , Renault F1 Team
Type d'article Actualités
Tags enstone, lotus, rachat, renault, retour