Formule 1
12 mars
-
15 mars
Événement terminé
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
85 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
106 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
120 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
134 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
162 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
169 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
183 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
190 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
225 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
239 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
253 jours

Renault explique sa perte de temps après les essais hivernaux 2019

partages
commentaires
Renault explique sa perte de temps après les essais hivernaux 2019
Par :
18 mars 2020 à 11:00

Selon Cyril Abiteboul, directeur général de Renault F1, le fait de n'avoir pas poussé les performances de la monoplace 2019 lors des tests de Barcelone a fait perdre du temps à l'écurie.

Renault sort d'une saison 2019 en deçà des attentes, aussi bien pour l'écurie que pour son pilote phare, Daniel Ricciardo, qui est arrivé de Red Bull durant l'intersaison 2018-2019, avec la croyance dans une structure à la progression constante depuis 2016. Finalement, des problèmes de performance châssis et des soucis de fiabilité moteur ont grandement nui à l'équipe dans sa lutte pour la quatrième position chez les constructeurs.

Pour autant, les pilotes sont-ils exempts de toute responsabilité ? Nico Hülkenberg a certainement déjà payé le prix d'un manque d'opportunisme et de réalisme face à des occasions importantes d'inscrire de gros points, comme en Allemagne, mais quid de Ricciardo lui-même ? A-t-il été décevant ?

Lire aussi :

À cette question, posée sur Canal+ à Cyril Abiteboul lors de l'émission "La grille", le directeur général de Renault F1 a répondu : "C’est difficile de mettre ça sur Daniel, parce que c’est sur la voiture que ça se joue. Il aurait pu nous dire que la voiture manque de grip, manque de grip, manque de grip... Mais je ne suis pas certain qu’[au département aérodynamique] ça les aurait fait fonctionner mieux, parce qu’il y a quand même un engagement très, très fort à faire progresser la voiture."

Pour le Français, le fait de ne pas avoir voulu chercher les limites de la R.S.19 a en revanche participé à un manque de réactivité en début d'exercice : "On a probablement perdu un petit peu de temps sur les essais hivernaux la saison dernière parce que je pense que Daniel ne cherchait pas trop à pousser, à voir les limites. On les a explorées à Melbourne pour la première fois, mais c’est trop tard. C’est bien de tous masquer la réalité, mais en masquant la réalité on se la masque pour nous-mêmes et donc on s’empêche de réagir plus rapidement."

Enfin, pour Abiteboul, Ricciardo a parfois fait preuve d'une certaine impatience dans les luttes en piste, même s'il reconnaît que, globalement, l'Australien a été au rendez-vous : "Après, il y a eu quelques fois en course où il a eu plus d’impatience à dépasser. On peut penser à Bakou [accrochage avec Daniil Kvyat], à São Paulo [accrochage avec Kevin Magnussen]. Je pense qu’en attendant deux ou trois virages de plus, il aurait pu passer plus tard et plus facilement, et pas se pénaliser lui-même et donc l’équipe."

"Mais en dehors de ça, c’est quand même un pilote exceptionnel. Plusieurs fois, il nous a surpris au cours de la saison. Quand il y avait de bonnes choses à faire, à Monza [quatrième à l'arrivée], à Montréal [sixième], il les a faites, il les a sorties quand ça comptait et ça aussi, ça compte beaucoup."

Related video

Article suivant
Le GP de Russie perd son promoteur historique

Article précédent

Le GP de Russie perd son promoteur historique

Article suivant

Norris : À Barcelone, tous les autres peinaient physiquement

Norris : À Barcelone, tous les autres peinaient physiquement
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo Boutique
Équipes Renault F1 Team
Auteur Fabien Gaillard