Renault - Fiabilité assurée, cap sur la performance

Sans préjuger de ce que sera l’avenir de Renault en F1 ces prochaines années, ni sous quelle forme si avenir il y a bien, on peut penser que le motoriste français a encore des espoirs d’améliorer ses performances cette saison. Et de rejoindre l’arrivée plus haut qu’à Montréal, où la mieux placée des quatre voitures équipée par ses soins, la Red Bull de Daniil Kvyat, ne s’est classée que 9e.

C’est le mieux que nous puissions faire aujourd’hui,” a déclaré le jeune pilote russe. “Il y a de nombreux domaines dans lesquels nous devons progresser, bien sûr, dont le groupe propulseur.”

L'unité de puissance est désormais fiable

La bonne nouvelle, car il y en a une au milieu du marasme de ce premier gros tiers de la saison, est que Renault a gardé plus de “jetons” moteur en réserve que ses principaux adversaires. Son total de 12 n’a pas été entamé, tandis que Mercedes en a utilisé durant l’hiver et Ferrari a encore fait de même avant le dernier GP au Canada.

Inutile de croire, bien entendu, que la bonne utilisation de ces “jetons” puisse permettre au Losange de refaire son retard. Loin de tenir un tel discours, Cyril Abiteboul s’est cependant félicité après le GP du Canada d’avoir assisté à une “troisième course d’affilée sans le moindre problème de fiabilité.”

La fiabilité a d’abord été, en effet, le principal souci de Renault avec son V6 depuis le début de l’année – et même, si l’on se souvient bien, dès les premiers tours de roues de celui-ci début 2014.

“Quelques tests importants vont être menés ces deux prochaines semaines à Viry-Châtillon”

Christian Horner, Directeur Sportif de Red Bull Racing

Conséquence : “Un surcroît de puissance arrive,” aurait assuré Abiteboul à Montréal. Et le Directeur de Renault F1 d’ajouter : “La fiabilité étant apparemment sous contrôle, nous allons pouvoir reporter notre attention sur la performance,” sans toutefois dévoiler à quelle échéance précise.

De nouveaux concepts en attente

Motorsport.com a appris depuis que Renault a entamé un processus d’évaluation de nouveaux concepts qui pourraient aider son moteur à délivrer plus de puissance. Et que le GP de Belgique, fin août, serait la course désignée pour l’apparition d’une nouvelle évolution.

Quelques tests importants vont être menés ces deux prochaines semaines au banc à Viry-Châtillon,” confirme le Directeur Sportif de Red Bull Racing, Christian Horner, “qui auront un impact important l’année prochaine ou indiqueront au moins une direction à suivre.”

S’il en faudrait plus pour inverser le cours de la saison 2015, une progression notable ne serait pas de trop pour influer sur l’avenir de Renault en F1 – même si ledit avenir repose tout autant sur bien d’autres paramètres tels que le maintien ou non du gel des moteurs en 2016.

Si elle devait perdurer, la présence de Renault pourrait aussi se faire, au moins en partie, via une équipe d’usine comme dans les années 1977-84 puis 2002-09. Le nom de Lotus, anciennement propriété de Renault mais vendue à Genii Capital fin 2009, a été cité parmi d’autres pour une éventuelle reprise par le constructeur français. Mais sa direction actuelle a démenti récemment toute volonté de céder l’écurie.

A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités